Banyuls, Collioure : découvrez toute la richesse viticole de la Côte Vermeille

Banyuls, Collioure : découvrez toute la richesse viticole de la Côte Vermeille

Joyau du Roussillon aux portes de l’Espagne, la Côte Vermeille recèle de nombreuses merveilles viticoles. Au-delà du Banyuls, célèbre vin doux naturel, les reliefs escarpés de la Côte Vermeille (qui tient son nom du mélange de roches schisteuses et de fer lui donnant cette coloration rousse) produisent des vins secs en trois couleurs qui méritent une plus large reconnaissance. Embarquez avec nous pour une balade le long de la Méditerranée et à flanc de collines...

Deux appellations sœurs

Cette année célèbre le 50ème anniversaire de l’appellation Collioure Rouge. Mais saviez-vous que l’AOC Collioure est située sur le même territoire que l’AOC Banyuls ? Les premiers sont des vins secs, tandis que les seconds sont des vins doux naturels, élevés soit en milieu oxydatif, soit en milieu réducteur. Une seule et même origine, mais des élevages différents : les deux appellations sont des sœurs jumelles.

L’AOP Banyuls fut la première à être reconnue en 1936, puis l’AOP Banyuls Grand cru en 1962. Les vins secs attendront un peu plus pour obtenir la consécration : 1971 pour le Collioure rouge, 1991 pour le Collioure rosé et 2003 pour le Collioure blanc.

Appellations les plus au sud du territoire français, elles sont situées à l’extrémité orientale des Pyrénées, là où le massif des Albères et la Méditerranée se rencontrent, sur les communes de Banyuls, Collioure, Port-Vendres et Cerbère.

Une si longue histoire

Le banyulais est un vignoble extrêmement ancien et a commencé à être planté et cultivé au IXème siècle avant JC, avec les Phéniciens qui furent les premiers à implanter la culture de la vigne. Les Phocéens prirent le relai, puis les Carthaginois, les Romains (Pline l’Ancien vantait déjà les vins moelleux des Pyrénées Maritimes), les religieux et notamment les Chevaliers du Temple, qui ont laissé une trace culturale perdurant encore par la mise en place d’un réseau d’écoulement des eaux pluviales. Les cours royales raffolent de ce vin du Roussillon, d’abord catalan puis français après l’invasion de la région par Louis XIII, avant que le phylloxéra n’anéantisse le vignoble dans les années 1880.

La Cave Terre des Templiers
La Cave Terre des Templiers

Un emplacement aux caractéristiques uniques

Comme souvent pour les vins produits dans les régions méridionales, il leur arrive parfois d’être affublés à tort de qualificatifs tels que costauds ou charpentés. Or les paysages si particuliers de Collioure, à cheval entre mer et montagne formaient le vignoble du bord de mer à 400 mètres d’altitude en très peu de distance, lui conférant une identité beaucoup plus complexe.

Colliure
Colliure

Si les Collioure rouges se caractérisent par un côté charnu, ils présentent également fraîcheur et finesse, grâce aux terroirs de schiste et aux embruns maritimes. Comme le souligne Jacky Loos, du domaine de Terrimbo, l’AOP Collioure, c’est le mariage de la mer et de la terre, qui dans une gorgée de soleil apporte cette fraîcheur iodée et minérale.
Si le grenache noir a longtemps été la colonne vertébrale des Collioure, cela n’est plus toujours vrai : il côtoie le mourvèdre, le carignan, la syrah, le cinsault et la counoise. On distingue d’ailleurs le Collioure dit de mer affichant une structure plus légère, de la fraîcheur, de la finesse, de l’élégance et un côté friand, avec des notes d’épices douces, iodées, fruitées et florales, et les Collioure dit de montagne, plus puissants, charnus et complexes, mais qui conservent cette fraîcheur et cette élégance caractéristiques de l’appellation.

Quant aux blancs, ils sont produits à partir de grenache blanc et gris, macabeu, tourbat ou malvoisie du Roussillon, vermentino, roussanne, marsanne, carignan blanc et muscat à petits grains.
Si vous ne connaissez pas encore les blancs de l’appellation Collioure, vous serez (plus qu’agréablement) surpris par la tension, la fraîcheur et la minéralité qui les composent, sans oublier, pour d’autres cuvées, un côté charnu provenant d’un élevage en bois, qui n’enlève rien aux arômes fruités, minéraux et iodés.

Un vignoble compliqué et donc fascinant

Si les paysages du banyulais séduisent autant le vacancier que l’œnophile, ils ne sont pas sans donner du fil à retordre aux vignerons qui le cultivent ; Un vignoble structuré en amphithéâtre, des parcelles escarpées et morcelées en terrasse, des pentes pouvant aller jusqu’à 50% : tout ou presque se fait donc à la main, la mécanisation y étant difficile, les rendements y étant donc plus petits qu’ailleurs.

N’attendez pas d’être en vacances dans la région pour déguster les vins des appellations Banyuls et Collioure, tant leur diversité permet de s’accorder avec de nombreux mets : sublimez votre roquefort avec un Banyuls, partagez vos coquillages et crustacés avec un Collioure blanc ou rosé, savourez votre côte de bœuf ou votre gibier avec un Collioure Rouge ou encore votre canard laqué ou votre porc caramélisé avec un rancio sec de l’IGP Côte Vermeille.

Bon été !

Crédit photos : Laetitia Pietri-Clara et 50 ans AOC Collioure

Publié , par Pauline Gonnet
Mise à jour effectuée