Cave coopérative en biodynamie, un modèle d’avenir à Correns ?

Cave coopérative en biodynamie, un modèle d’avenir à Correns ?

C’est une belle surprise dans l’univers de la biodynamie ! La cave coopérative Les Vignerons de Correns est la première du genre en France à être certifiée en biodynamie pour la production de ses raisins. Un véritable cap franchi par ses 32 adhérents sous la houlette d’une institution soucieuse de préserver l’environnement fertile de la commune de Correns.

Le petit village de Correns, situé dans le Sud-Est de la France, cumule les certifications ! En effet, la première commune bio de France compte désormais à son actif la seule cave coopérative de France dont les raisins sont certifiés en biodynamie. Un véritable exemple de réussite à la certification collective pour cette cave qui recense 32 adhérents.
Convertie à l’agriculture biologique depuis 25 ans – une première dans la bio avec une certification de l’ensemble de sa production obtenue en 1997 – l’entité viticole a franchi un autre cap sous la houlette de son président Fabien Mistre. Dès 2016, de jeunes adhérents sont arrivés à la cave, avec une vision neuve. Nous avions commencé à faire le tour du bio, on voulait que la cave évolue, nous souhaitions réduire nos doses de cuivre, repenser le travail de nos sols, explique-t-il. Freinés dans leur démarche par les aléas climatiques qui se sont enchaînés ces dernières années, les Vignerons de Correns ont initié la conversion en 2021, conscients que cette situation climatique serait désormais la donne. Accompagnés par les équipes du Cabinet d’Agronomie Provençale, qui ont dispensé les formations obligatoires à la biodynamie, les Vignerons de Correns ont obtenu leur certification en 16 mois, au bout de deux campagnes successives.

L’intérêt de la viticulture biodynamique

Avoir une démarche biodynamique c’est très vertueux. La vigne va vivre plus longtemps, le vin n’en sera que meilleur et, donc, on en obtiendra une rémunération plus régulière, explique l’ingénieur viticole et œnologue au Cabinet d’Agronomie Provençale Pierre Guerin. A l’attention des Vignerons de Correns, Pierre Guerin a animé des formations constituées de travaux pratiques :
- préparations biodynamiques de bouse et silice de corne,
- dynamisation de compost
- utilisation de tisanes et de purins (ortie, achillée, camomille)

Les Vignerons de Correns en plein apprentissage des préparations nécessaires pour la biodynamie
Les Vignerons de Correns en plein apprentissage des préparations nécessaires pour la biodynamie

Les 32 adhérents de la cave coopérative ont pu se familiariser avec l’utilisation de ces techniques biodynamiques, apprendre à travailler avec les rythmes cosmiques et en comprendre les effets sur la plante à la lueur de leurs premiers essais. La biodynamie, pour nous, c’est un retour aux sources et une recherche permanente de l’effet terroir dans nos vins, ajoute Fabien Mistre. Et cette orientation viticole, les vignerons la doivent à la fois aux moyens mis en œuvre par la cave coopérative pour la mener à bien mais aussi, à l’implantation particulière de la commune de Correns.

Correns, une vallée préservée pour la biodynamie

Installée au creux d’un cirque de collines, qui lui offre une protection naturelle, la commune de Correns profite d’un écosystème privilégié. La présence de cours d’eau, de prairies, de forêts alliée à la culture bio des agriculteurs locaux, favorise la biodiversité du lieu. Inscrite au cœur d’une ferme à échelle géante, la cave coopérative puise dans les ressources locales les ingrédients nécessaires à ses préparations biodynamiques. Par exemple, le compost est issu du fumier de cheval, de grignons (les résidus de l’extraction d’huile d’olive) des moulins oléicoles et de broyats de planches. Un compost qui valorise les matières organiques exclusivement issues des exploitations corrensoises.

Une coopérative familiale, un esprit de clocher

Pour convaincre ses 32 adhérents, la cave coopérative a décidé de mutualiser sa certification et de prendre en charge l’administratif ainsi que l’acquisition de matériel comme un dynamiseur. Nos adhérents, qui n’ont parfois que 1 à 2 hectares de vignes, participent aux dynamisations qui sont faites à la cave à l’aide des produits que nous prenons à notre charge et nous les aidons à faire leurs pulvérisations. Car, afin d’aller au bout de notre démarche, nous avons décidé de faire 100% des investissements nécessaires, explique Fabien Mistre. Une certification à la biodynamie rendue également possible par la petite échelle – seulement 170 hectares de vignes – de la coopérative et l’entraide qui y règne. Toute la réussite de cette entreprise repose sur cet esprit de clocher et d’entraide qui s’est créée entre ces adhérents et leur volonté de préserver ensemble leur terroir, précise P. Guerin.

La biodynamie, un modèle applicable aux autres coopératives ?

En France, Les Vignerons de Correns est la première cave coopérative à avoir obtenu cette certification pour la production de ses raisins. Quant à la vinification, on est toujours sur le cahier des charges bio. On espère pouvoir passer en biodynamie nos vins rouges mais pour les rosés, qui représentent 55% de notre production, c’est plus risqué, explique Fabien Mistre.

Le travail des sols, au cœur des pratiques des Vignerons de Correns
Le travail des sols, au cœur des pratiques des Vignerons de Correns

Un modèle à suivre pour les autres coopératives ? C’est difficile de dire qu’on va pouvoir convertir un ensemble de coopérateurs lorsque le principal souci est de diminuer les coûts de production et de donner plus d’argent aux adhérents. Cette démarche doit résulter d’une vision globale, paysanne, elle est favorisée par une proximité géographique et humaine, termine Pierre Guerin.

Quoiqu’il en soit, pour la cave de Correns, la (bio)dynamique est enclenchée. Mes coopérateurs, qui ont connu la bio depuis 1997, ne sont jamais retournés en arrière malgré les aléas et les maladies cryptogamiques. Même en biodynamie, on arrivera à s’en sortir !.

Publié , par Romy Ducoulombier