Cépages méconnus : la Négrette

Cépages méconnus : la Négrette

Incontournable au cœur des vins de Fronton, la Négrette est presque toujours restée fidèle à son berceau de naissance. Son nom est un dérivé de Negretta en langue d’Oc, un hommage à sa couleur sombre. Découvrez cette variété encore trop méconnue, qui se démarque par son intensité aromatique en rouge comme en rosé.

Cépage endémique ou étranger ?

Difficile de savoir d’où est véritablement originaire la Négrette. Selon la légende, elle puiserait ses racines à Chypre. Ce seraient les Hospitaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui l’auraient ramené de cette île méditerranéenne lors des croisades. Toutefois, des recherches ampélographiques ont démontré qu’elle serait née dans le Tarn, ce qui expliquerait sa présence actuelle dans les vignobles du Sud-Ouest de la France. Elle est d’ailleurs l’un des cépages emblématiques de l’appellation Fronton, entre la Garonne et le Tarn, fierté des toulousains. Elle n’en a traversé les frontières qu’à de rares occasions, délivrant des cuvées confidentielles en Vendée et, plus étonnement aux États-Unis.

Elle demande beaucoup d’attention au quotidien car elle est capricieuse. En effet, elle est très sensible à l’humidité, et donc à certaines maladies cryptogamiques telles que la pourriture grise. Mais les viticulteurs déterminés à la cultiver sont récompensés par des nectars de caractère au bouquet complexe. Fiers des trésors de leur région, ils ont décidé de la préserver et de tout apprendre d’elle pour en tirer le meilleur. Leur savoir-faire, souvent familial et transmis de génération en génération, l’a sauvée de l’extinction et bien leur en a pris car elle est désormais au sein de flacons très qualitatifs.

Des cuvées authentiques

Qu’elle soit vinifiée seule ou assemblée à des cépages secondaires, elle crée des vins rouges et rosés à la personnalité affirmée.

Intéressons-nous de plus près à leurs profils. Les rouges proposent une robe profonde, qui laisse place à un nez expressif. Des fragrances florales de violette, de jasmin et de pivoine rencontrent des senteurs de framboise, de pruneau, de cassis, de mûre ou encore de fraise. L’ensemble s’enrichit de notes poivrées et épicées qui éveillent sans aucun doute la curiosité des amateurs de vins. En bouche, on apprécie particulièrement sa souplesse. Ce sont des cuvées charmeuses qui enrobent le palais grâce à leur structure délicate. On les savoure dans leur jeunesse et on se laisse surprendre par leur finale légèrement amère. En ce qui concerne les rosés, ils présentent eux-aussi une couleur soutenue. Ils sont à la fois croquants, tendres et élégants, avec ces notes florales si caractéristiques de la Négrette. Qu’attendez-vous pour les déguster ?

On la boit avec…

A l’instar de la région toulousaine, les vins issus de la Négrette sont synonymes de gourmandise et de convivialité à table. En version rouge, elle est le compagnon idéal de généreux plateaux de charcuterie qu’elle soulignera par son fruité. Lors de belles journées ensoleillées d’été, n’hésitez pas à la servir avec des viandes et saucisses grillées. Et pour accord 100% local qui sent bon le Sud-Ouest, misez sur un magret de canard.

En rosé, elle aime également les mets simples autour desquels nous adorons nous réunir. Des rillettes par exemple, juste tartinées sur une belle tranche de pain. Une pizza également, qui appelle des cuvées sans trop de tanins pour ne pas effacer la tomate. Dans la même idée, elle sera délicieuse avec une piperade. Enfin, variez les plaisirs en optant pour du poisson avec un steak de thon.

Publié , par Marie Lallemand