Cépages nobles : le Malbec

Cépages nobles : le Malbec

Zoom sur une variété originaire du Sud-Ouest de la France, où elle est encore bien présente : le Malbec. Depuis ses débuts en terres cadurciennes, elle a parcouru beaucoup de chemin. Aujourd’hui incontournable sur la scène internationale, elle est au cœur de cuvées racées qui se distinguent par leur fruité.

De Cahors à l’Argentine

Il est depuis longtemps le cépage phare de Cahors, région viticole parcourue par le Lot. Elle se compose de terrasses surplombant le fameux cours d’eau, aux sols d’alluvions anciennes qui offrent un terrain de jeu idéal au Malbec. Idem pour le plateau du causse dont les sols pauvres aident les vignes à s’épanouir. Toutefois, le parcours de cette variété n’a pas été de tout repos. Comme la plupart des autres cépages français, elle a été frappée de plein fouet par la crise du phylloxéra au XIXe siècle. Le terrible puceron ravageur a même failli la faire disparaître entièrement. Bien heureusement, elle a regagné ses lettres de noblesse au fil du temps grâce au travail de viticulteurs engagés pour qui il était primordial de la faire renaître de ses cendres.

Pourtant, c’est bien à l’étranger qu’elle est devenue emblématique en recouvrant les vignobles argentins, tout particulièrement sur les terres d’altitude de Mendoza. Et ce n’est pas tout. Les plus explorateurs d’entre vous pourront la déguster au Chili, en Australie et aux États-Unis. Sans oublier plusieurs pays d’Europe de l’Est, la Bulgarie, la Croatie ou la Roumanie par exemple. En France, elle participe à l’assemblage de certains vins bordelais et vous pouvez également la retrouver dans la Vallée de la Loire où elle répond au nom de côt.

Découvrez également notre article Le match du Malbec : plutôt Cahors, Argentine ou Côtes de Bourg ?

Rouges corsés et rosés structurés

On connaît surtout le Malbec à travers ses vins rouges très colorés d’un violet profond. On les appelle d’ailleurs vins noirs. Ce sont les anglais qui, les premiers, les ont surnommés black wines. A Cahors, où on l’associe souvent au Merlot et au Tannat, ce sont les fruits noirs qui s’imposent au nez. Le cassis rencontre la myrtille et la mûre avec volupté. Ils se mêlent joliment à des notes plus florales ou mentholées et à la réglisse. En bouche, il est capable de produire une grande diversité de cuvées. Alors que certaines sont souples et fruitées, d’autres sont plus corsées. Cette deuxième option est généralement caractérisée par des tanins puissants et une belle trame acide. Ils sont concentrés, forts et fruits et avec un potentiel de garde très intéressant. Avec les années, des arômes de cuir, de truffe et de sous-bois apparaissent, tout en conservant une fraîcheur remarquable.

En Argentine, il est habituellement en monocépage, il se révèle chaleureux. Les fruits rouges et noirs confiturés sont relevés de notes fumées et toastées. Quelques touches de réglisse et d’épices sont aussi à prévoir. Malgré un haut degré d’alcool, ils sont suaves et moelleux. Aussi puissants que généreux, ils délivrent des tanins enrobés et des notes de fruits mûrs. A savourer dans leur jeunesse ou à garder un peu en cave. Enfin, ils peuvent produire des rosés à la robe rubis riches en fruits rouges frais comme la fraise. Délicieusement tendres et ronds.

Et on le boit avec ?

Côté rouge, vous pouvez opter pour une autre spécialité du Sud-Ouest, le magret de canard. Il sera également idéal en compagnie d’une viande rouge grillée comme une côte de bœuf ou d’un gibier à poils. Et pour une alliance venue d’Amérique Latine, misez sans hésiter sur un chili con carne. Attention cependant à privilégier une version peu pimentée car cela pourrait durcir ses tanins. Pour les rosés, hormis l’apéritif, ils s’accommodent parfaitement de charcuteries gourmandes. Servez donc un plateau avec du saucisson et du jambon cru.

Publié , par Marie - Drink a beat