Château Terre Fauve, l’audace d’un duo sur le terroir de Fronton

Château Terre Fauve, l’audace d’un duo sur le terroir de Fronton

Biberonnés au cœur des grandes maisons de vins françaises, Morgane Jouan et Nicolas Baudet, œnologues de formation, ont posé leurs griffes acérées dans le Sud-Ouest, sur l’appellation Fronton.
En créant Château Terre Fauve sur les fondations d’un domaine en perte d’identité, le jeune duo a choisi de mêler audace, engagement et modernité pour livrer des vins natures, bios et légers qui font fureur. Après seulement deux ans sur place, les projets sont légion et la Négrette, cépage rustique du coin, a même pris la liberté de sortir de sa cage dorée. Reportage en plein cœur d’une effervescence artistique assumée.

Crédit photo : Maison des vins de Fronton
Crédit photo : Maison des vins de Fronton

Terre Fauve. L’enseigne, aux lettres rouges lumineuses, qui trône au-dessus d’un canapé au style 90’s, est immanquable. Sur les murs aux teintes vives, les affiches de félins donnent le ton : bienvenue dans la cage aux lions de Morgane Jouan et Nicolas Baudet. C’est ici, dans cette vieille bâtisse médiévale en briques rouges toulousaines, que ces deux jeunes œnologues ont quitté le classicisme des grandes maisons de vins françaises (Domaine de la Janasse à Châteauneuf-du-Pape, Château Quintus et Petrus à Bordeaux) pour dompter la Négrette, cépage emblématique mais un poil rustique, et créer cet univers d’audace et de liberté. On a choisi Fronton car on trouvait que le Sud-Ouest était idéal pour reprendre un domaine, débute Morgane Jouan, cette rochelaise spécialiste dans l’étude du vieillissement des vins rouges . C’est plus facile de produire des vins originaux ici que dans des appellations qui ont gardé un côté très traditionnel et standardisé. Suivez son regard…

Le poids économique a évidemment pesé dans la balance mais le cheminement a été plus global. Le climat est assez favorable pour mettre en place une agriculture biologique et produire des vins natures, prolonge la jeune femme de 28 ans. Il est vrai que le mildiou et le gel ne sont pas monnaie courante dans le coin. Il nous fallait un endroit à nous, où l’on puisse poser notre empreinte car quand tu bosses longtemps pour des grosses maisons, tu as envie d’avoir ton mot à dire, suivre ton propre cadre, rebondit Nicolas Baudet, toulousain affirmé.

Ici, on impose notre philosophie, une viticulture audacieuse avec le moins de traitements possibles, peu de bois, l’élevage en amphores en grès, en vieilles cuves béton ou en fibre de verre et un dosage faible en soufre. En gros, on laisse pas mal faire les choses et l’instinct prime sur les analyses.

En 2019, à leur arrivée, il y a pourtant tout à faire : rénover la bâtisse, réaménager les espaces, créer un chai d’élevage et surtout lancer une marque afin de s’offrir de la visibilité et un circuit commercial viable et durable.

Terre Fauve, c’est lumineux, jeune et fougueux - Crédit photos : Maison des vins de Fronton
Terre Fauve, c’est lumineux, jeune et fougueux - Crédit photos : Maison des vins de Fronton

Des vins légers et frais qui rappellent les goûts et les odeurs de l’enfance

Terre Fauve est né de cette réflexion mercantile bien sûr mais aussi d’une référence au terroir viticole, à l’agriculture, et plus généralement à un retour aux origines, aux couleurs ocres et orangées des sols de Fronton et des murs de Toulouse. Mais Fauve, c’est aussi et surtout nous, cette fougue, cette jeunesse, cette envie dévorante de créer des cuvées qui nous ressemblent, poursuit Nicolas Baudet.

Le domaine propose 13 cuvées mais aime se renouveler à chaque millésime - Crédit photo : June_photographie
Le domaine propose 13 cuvées mais aime se renouveler à chaque millésime - Crédit photo : June_photographie

Des vins légers, frais, de type macération carbonique, des vins d’apéritifs à consommer entre copains, sans chichi. Je trouve qu’on a énormément d’émotions sur ce type de vin qui rappelle les odeurs et les goûts de l’enfance comme les bonbons, les barbes à papa ou les sorbets, affectionne Morgane Jouan, les yeux rivés sur sa cuvée préférée, Ashi - Premières pattes, un 100% Négrette élaboré comme un vin primeur (10%).

La prise de risque, le suivi de tendance, la créativité sont au cœur de leurs préoccupations. D’une cuvée effervescente sucrée en blanc de noir, dans l’esprit d’un saké, à un cidre de France via un partage de savoir-faire avec un arboriculteur local, rien n’arrête ce couple d’œnologues à la créativité illimitée. On travaille beaucoup sur le concept, les messages à faire passer, les visuels, la communication, insiste la jeune femme qui pratique la danse à haut niveau depuis sa tendre enfance. On a gardé notre âme d’enfants et c’est quelque chose que l’on veut transcrire au travers de nos cuvées. Le vin ne devrait pas être un produit ennuyeux ou austère. C’est l’esprit Terre Fauve : ne pas se prendre trop au sérieux, créer, imaginer et porter des messages environnementaux !

 Morgane Jouan et son breuvage préféré, la cuvée Ashi - Premières pattes - Crédit photo : June_photographie
Morgane Jouan et son breuvage préféré, la cuvée Ashi - Premières pattes - Crédit photo : June_photographie

Un projet de brasserie, de cosmétiques et de pétillants naturels

Terre Fauve ne veut surtout pas rester figé dans le temps, entrer dans une case ou copier un modèle existant. Leur pertinence réside dans une perpétuelle évolution, indissociable de l’esprit du jeune domaine. On a énormément de projets pour 2022, confie Nicolas Baudet en désignant l’endroit de la future brasserie.

La marque de bière Terre Fauve est pour bientôt, l’idée est de produire une gamme de bières natures, et de travailler sur les couleurs. Le couple teste des recettes d’infusions de fleurs colorées et de plantes aromatiques afin d’extraire naturellement à chaud des pigments. C’est un long travail mais qui peut aboutir à un concept intéressant, acquiesce sa partenaire. Pour cette partie, un jeune œnologue et brasseur, un zymologue, rejoint notre équipe à la rentrée.

Il y a aussi un projet cosmétiques mené avec un investisseur local : des produits naturels à 99%/100%, bios, végans et faits sur place au laboratoire Lebeau à 15 minutes de Fronton. Nous avons travaillé pendant un an sur une gamme qui reproduit certains de nos vins phares à l’identique, détaille Morgane Jouan. Par exemple, la crème de jour Semi Lion est un pendant de leur blanc haut de gamme Les Semi-Lion, qu’il s’agisse d’arôme, de texture ou d’odeur. Cela permet de déguster les vins par la peau, une autre façon de goûter ou de découvrir un vin sans la partie alcool, prolonge-t-elle.

Enfin, après avoir lancé leur premier cidre, le couple veut aller plus loin dans les pétillants naturels via une structure de négoce à moyen terme. Comme pour les bières, les formats apéritifs sont de plus en plus demandés par les consommateurs, argumente le Toulousain en présentant une ébauche de la future gamme. On aime bien se lancer des challenges et le côté « apéro colle bien à l’image de notre marque. » Bulles Fauves proposera un blanc, un rosé mais aussi un rouge effervescent à base de Gamay teinturier. De l’audace, toujours de l’audace…

Crédit photo visuel de couverture : June_photographie

Publié , par Yoann Palej