Comment ne pas gâcher un joli vin ?

Comment ne pas gâcher un joli vin ?

Vous êtes en possession d’un joli vin qu’il vous tarde de déboucher ? Voici nos recommandations afin de ne pas gâcher votre nectar préféré...

En le goûtant au bon moment

Même si l’impatience vous gagne, sachez qu’il serait bien dommage de déguster une cuvée qui n’est pas à son apogée.
Après l’étape de la vinification, le vin est élevé en cuve et/ou en fût de chêne, puis en bouteille. Un vin de garde n’exprime pas tout son potentiel s’il est consommé trop tôt. Son équilibre en bouche n’est alors pas bien ficelé ; Ses tanins sont encore trop rugueux, son bouquet aromatique ne dévoile pas toute sa complexité.
Afin de ne pas commettre d’impair, il s’avère nécessaire de demander conseil directement à la source auprès de la vigneronne ou du vigneron, ou de votre caviste de quartier.

A la bonne température

La température du vin est primordiale lors de sa dégustation.
Une cuvée trop froide est fermée et ses parfums les plus subtils sont comme anesthésiés. Concernant les vins rouges structurés, leur astringence est alors renforcée.
A contrario, un vin servi à une température trop élevée manque de buvabilité. La perception de l’alcool devient prédominante, entraînant de la lourdeur au niveau du palais.

Pour en savoir plus, voir notre article Pourquoi la température de service du vin est-elle importante ?

Avec le verre adéquat

Il va de soi d’éviter la timbale en plastique qui n’est pas du tout fantastique !
Sans tomber dans le côté un verre pour un type de vin, qui a cependant une vraie influence pour les amateurs éclairés, il faut tout de même un minimum.
Le petit verre à ballon, bien que tout mignon, permet difficilement d’agiter le vin afin de le respirer. Un verre à vin digne de ce nom, doit avoir une certaine contenance et être un peu refermé en haut, comme une tulipe, afin de concentrer les arômes.

Lisez aussi notre article Comment bien choisir son verre de vin ?,

Avec les mets qui vont bien

Une bouteille, si belle soit-elle, peut être galvaudée par un mets non adapté.
Pour un mariage réussi, il est bon de réunir les protagonistes qui sauront s’entendre, c’est-à-dire qui se ressemblent et/ou se complètent.
Un rouge concentré, structuré, s’accorde avec des viandes de caractère alors qu’une cuvée légère, gouleyante, serait écrasée et paraitrait bien insipide.
Un blanc minéral, sur la fraîcheur, avec des notes d’agrumes, s’accorde avec des fruits de mer alors qu’il ne tiendrait pas un curry de poisson.

Avec la bonne personne

Appréhender un vin à sa juste valeur ne dépend pas que de critères objectifs, il s’agit aussi d’être dans de bonnes conditions. Quoi de mieux que d’être avec la bonne personne afin d’avoir les sens en éveil ?

Publié , par La WINEista