Découverte et dégustation privées avec le Château du Moulin-à-Vent

Découverte et dégustation privées avec le Château du Moulin-à-Vent

Vous rêviez d’en savoir plus sur la dégustation, et sur tout ce qu'il y a à apprendre sur un vin simplement en le goûtant ? Découvrez l’appellation Moulin-à-Vent et les secrets de la dégustation avec Edouard Parinet, propriétaire du Château du Moulin-à-Vent en Beaujolais, et comment un terroir et un millésime modèlent un vin.

L’appellation Moulin-à-Vent

Cette dégustation de vins du Château du Moulin-à-Vent portait sur trois millésimes consécutifs, 2015, 2016 et 2017. L’appellation du même nom produit des vins rouges, élaborés entièrement à partir du cépage gamay noir à jus blanc, comme tous les autres crus du Beaujolais.

C’est l’une des plus septentrionales du Beaujolais, et elle fait partie de la famille des dix crus. Comme beaucoup d’autres, elle comprend des lieux-dits, comparables aux climats bourguignons : ce sont des parcelles dont les particularités géologiques notamment donnent la capacité de produire des vins au profil différent des autres parcelles, principalement d’un point de vue qualitatif.
L’appellation Moulin-à-Vent est principalement composée de granit, mais sa particularité est aussi d’être soumise à des vents importants, dont l’impact n’est pas négligeable sur le profil des vins.

Edouard Parinet, actuel propriétaire du Château avec son père Jean-Jacques depuis 2009, nous explique la géologie particulière de l’appellation :

Interview vidéo - Partie 1
Interview vidéo - Partie 1

Le Château du Moulin-à-Vent exprime la diversité et la personnalité de chacun de ses terroirs dans des cuvées dédiées. Champ de Cour, les Vérillats et La Rochelle, cohabitent avec la cuvée du Château, élaborée à partir de raisins issus de trois parcelles (Les Thorins, le Moulin-à-Vent et Aux Caves »).
Les vins sont réalisés sans macération carbonique (signature des vins du Beaujolais mais plus souvent des Beaujolais Nouveaux que des vins issus des crus) et vinifiés à la bourguignonne. L’élevage se fait à 20% en fût et 80% en cuve.

La dégustation des vins de Moulin-à-Vent

Les grandes caractéristiques de dégustation des vins de Moulin-à-Vent sont des arômes de fruits rouges et/ou noirs, des notes poivrées, parfois un côté graphite et une assez grande minéralité.
Côté structure du vin, le gamay est un cépage naturellement acide, qui produira des vins tendus. L’acidité a mauvaise presse mais lorsqu’elle est maîtrisée, elle apporte beaucoup à un vin, notamment en temps de conservation et en fait un bon prétendant à de multiples accords mets et vins. Elle peut se définir et se repérer par la sensation tonique qu’elle laisse en bouche, particulièrement au fond de la bouche, créant souvent des fins de bouche salivantes. Par association d’idée, on parle souvent de vins énergiques.

Le vin ne change pour autant pas d’identité et conserve des caractéristiques communes à tous les millésimes, comme par exemple dans le cas de l’appellation Moulin-à-Vent une tension accompagnée souvent d’une fin de bouche salivante. Le vin est énergique du fait de l’acidité naturelle au gamay, mais cette tension peut prendre une tournure plus fringante dans un millésime comme 2017 où la grêle avait compromis 70% de la récolte, ou à l’inverse plus tempérée lors d’un millésime solaire comme 2015 où les maturités furent pleinement atteintes.

Interview vidéo - Partie 2
Interview vidéo - Partie 2

Selon les millésimes, les arômes se partageront donc entre familles parfois différentes : lors d’une année solaire, les fruits noirs prendront le dessus sur les fruits rouges, qui auront tendance à dominer sur les années plus fraîches ou ayant grêlé.

En cas de vin dit de monocépage, soit composé d’une seule variété de raisin, l’impact du millésime, du climat et de son terroir est plus évident.
La météo, les éventuels aléas climatiques, vont avoir des conséquences sur la quantité comme sur la qualité du raisin produit, et donc du vin.

Interview vidéo - Partie 3
Interview vidéo - Partie 3