La micro-aventure œnotouristique dans les vignobles français

La micro-aventure œnotouristique dans les vignobles français

Faire le plein d’activités sans traverser la planète ? C’est le concept de la micro-aventure et de l’œnotourisme ! Une nouvelle façon de voyager qui croque le monde, en bas de chez soi, à pleines dents. Amateurs et professionnels du vin vous racontent leurs épopées œnotouristiques à la propriété.

Lisez aussi notre article : 3 idées de séjours insolites dans le vignoble français

La micro-aventure œnotouristique : ces expériences qui ont du sens

Avec les nouvelles conditions de circulation sur la planète, les voyages exploratoires ont du rétrécir leurs horizons. Plus courts, plus limités en distance et avec des contraintes sanitaires qui ne cessent de jouer à l’élastique, les séjours des français ont changé de visage sans toutefois, perdre en intensité. Dans ce contexte inédit, le besoin de vivre des choses plus fortes, qui ont du sens, en se surpassant parfois, se fait sentir, explique Aurélie Gerardin, chef de produit et fondatrice de Revealing Trip.
Les gens ont compris que le tourisme local pouvait leur offrir un véritable dépaysement, en plein air, et à l’écart des transhumances touristiques. Enfourcher un vélo, camper à la belle étoile, se baigner dans un lac de montagne et, le lendemain, retourner au travail, c’est ça l’aventure en bas de chez soi !, ajoute la professionnelle. Un nouveau mode de découverte de proximité dans lequel l’œnotourisme a toute sa légitimité.

L’application
L’application "Destinations Vins de Provence" géolocalise et propose des découvertes œnophiles - Crédit photo : CIVP

Les vignobles offrent un cadre naturel et inédit aux voyageurs. Ils peuvent venir y dormir, s’y restaurer, assister à des soirées musicales ou pratiquer des activités telles que des ateliers d’assemblages ou des jeux de pistes qui sortent de l’ordinaire, détaille Delphine Moreau, chef de projet œnotourisme au Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence. Le CIVP, qui vient de lancer une nouvelle version de son application Destinations Vins de Provence constate l’explosion de l’offre expérientielle dans le vignoble et le fort engouement des amateurs de vins pour ces activités aux profils très diversifiés. Plus de 600 partenaires ; caves particulières, coopératives, cavistes, restaurants sont déjà recensés sur cet outil mobile très intuitif qui géolocalise l’explorateur en herbe.

Des expériences œnotouristiques au goût de l’aventure

Atelier cocktail autour des vins de l’AOC Pacherenc du Vic-Bilh ou atelier d’assemblage d’une cuvée en AOC Saint-Mont des vignerons de Plaimont, balade en trottinette électrique dans les vignes de la Cave de Lugny dans le Mâconnais, cinéma en plein air sous les pins au Domaine des Féraud ou au Château Gassier, balade à VTT sur le thème de l’ampélographie, de la faune et de la flore au Domaine Figuière, food truck au Château Sainte-Roseline, en Provence, ou encore vol en parapente et en montgolfière au-dessus des vignobles de Savoie et de Champagne…

Les soirées cinéma en plein air du Château Gassier en été - Crédit photo : Château Gassier
Les soirées cinéma en plein air du Château Gassier en été - Crédit photo : Château Gassier

Les vignerons se creusent les méninges ! Les domaines ont pris conscience de l’engouement des amateurs de vin pour la découverte de leur métier et de leur cadre de vie. Ils se dotent de personnel qualifié et proposent aussi des guinguettes et des spectacles, précise Delphine Moreau (CIVP)

J’ai testé : un apéro dînatoire au Domaine de Montine

Marc est un client fidèle du Domaine de Montine, situé à quelques kilomètres de chez lui en Drôme provençale sur l’aire d’appellation Grignan-Les-Adhémar. Je participe quasiment à tous les événements comme « J’peux pas j’ai apéro chez Montine et J’peux pas j’ai barbecue chez Montine.

Le Domaine de Montine à la pointe de l’œnotourisme - Crédit photo : Domaine de Montine
Le Domaine de Montine à la pointe de l’œnotourisme - Crédit photo : Domaine de Montine

Les prestations sont à la hauteur de leurs produits ! Les vins étaient proposés en accords avec des planches garnies de produits frais et du terroir. Au contact des vignerons, les gens se rencontrent et apprennent à découvrir la propriété et ses produits. Ce type de rendez-vous donne un supplément d’âme à la visite du vignoble et un côté intime et exclusif que j’apprécie. Il offre la possibilité de passer un moment hors du temps dans un cadre exceptionnel, en plein milieu des vignes et de ceux qui les cultivent ».

J’ai testé : un vol en parapente au-dessus des vignes de Savoie

J’habite à Annecy, je suis originaire de Bourgogne et j’avoue ne jamais avoir pris le temps, avant cela, de découvrir les vins de Savoie. Au cours d’un vol en parapente au-dessus des vignes, j’ai pu découvrir l’étendue du vignoble et ses spécificités. Une expérience qui permet d’allier le côté sportif à la découverte d’un produit de ma région : le vin. Cela m’a ensuite donné envie d’aller sillonner les routes des vins de Savoie. J’ai, par exemple, découvert les très jolies cuvées du domaine Xavier Jacqueline qui ont aussi des chambres d’hôtes au bord du Lac du Bourget, Anne-Sophie, graphiste et créatrice du compte instagram Ansopaperboat

J’ai testé : la découverte de vignes préphylloxériques

Un bel après-midi ensoleillé, notre guide nous a conduit vers la parcelle de Sarragachies, située dans le paysage vallonné du Gers avec vue magnifique sur les Pyrénées. Les vignes, plantées il y a plus de 200 ans ont survécu au phylloxéra !

A la découverte d'une parcelle préphylloxérique inscrite aux Monuments Historiques - Crédit photo : les vignerons de Plaimont
A la découverte d'une parcelle préphylloxérique inscrite aux Monuments Historiques - Crédit photo : les vignerons de Plaimont

La visite, agréable et instructive, a été suivie d’une dégustation de vins issus de vignes préphylloxériques inscrites aux Monuments Historiques depuis 2012. Quelle satisfaction de sentir un « monument d’histoire du vignoble dans un verre ! », Hilary McGrath, Traductrice et relectrice hilarymcgrath.fr

Publié , par Romy Ducoulombier