Le Ferdinand : le bar à spiritueux de l’hôtel Villas Foch à Bordeaux

Le Ferdinand : le bar à spiritueux de l’hôtel Villas Foch à Bordeaux

Pousser la porte de l’hôtel Villas Foch c’est se laisser séduire par un univers de luxe, calme et volupté, comme le dirait ce cher Charles Baudelaire. Et c’est justement avec un Charles que nous avons rendez-vous, Dicharry de son nom, pour découvrir le bar à spiritueux de l’hôtel, nommé Le Ferdinand. Un écrin cosy qui met à l’honneur plus de 100 spiritueux, essentiellement français. Rencontre avec un barman qui a de la suite dans les idées.

Charles Dicharry, le barman du Ferdinand
Charles Dicharry, le barman du Ferdinand

Le Ferdinand : pas de chichis dans un hôtel de luxe

Charles nous accueille en pantalon/bretelles, manches de sa chemise blanche légèrement retroussées, moustaches frisottantes et petites lunettes rondes. Le jeune barman cultive un look un brin rétro qui s’accorde à merveille avec le Ferdinand, bar dont il s’occupe depuis octobre 2022. J’ai un côté artiste, j’ai un look. Ça fait partie de mon personnage et de l’âme que j’ai envie d’apporter au lieu. .

Avant cela, Charles a travaillé dans l’hôtellerie/restauration, puis le spectacle vivant, la sécurité incendie et enfin les assurances. Un parcours pour le moins atypique qui le mène finalement à se poser, durant la période Covid, la fatidique question : qu’est-ce que j’ai vraiment envie de faire ? Il décide de revenir à ses premières amours et reprend une mention complémentaire puis un brevet professionnel dans les vins et spiritueux.
Quand on lui demande s’il se qualifie aujourd’hui de mixologue, l’humble jeune homme préfère parler de barman : Je suis barman : mixologue c’est un mot avec plus de lettres pour contenir l’égo de certains ! La mixologie c’est la science des mélanges et je ne me considère pas comme un scientifique. Je suis avant tout là pour servir des choses qui font plaisir aux gens..

Le bar et la bibliothèque à spiritueux du Ferdinand
Le bar et la bibliothèque à spiritueux du Ferdinand

On est dans une approche très simple, familiale et honnête. Certes nous sommes un hôtel 5 étoiles avec des prestations de luxe, haut-de-gamme, mais on n’est pas là pour être pompeux, distant ou tape à l’œil. J’aime bien dire qu’on accueille nos clients comme on accueillerait notre belle-famille pour la première fois : avec beaucoup de chaleur et de sympathie mais aussi cette petite distance qui fait que nous ne sommes pas copains pour autant !.

D’autant que le bar est ouvert à tous, clients de l’hôtel ou non. Ceux qui ne pourraient pas s’offrir une suite junior peuvent malgré tout profiter d’une douce soirée au Ferdinand !

Au bar du Ferdinand...
Au bar du Ferdinand...

100 références de spiritueux

Le bar Le Ferdinand possède un peu de plus de 100 références de spiritueux avec notamment 90% de productions françaises. Et la région Nouvelle-Aquitaine est à l’honneur autant que possible avec, entre autres, le whisky bordelais Moon Harbour, le gin Citadelle distillé à Cognac ou encore le whisky Coperies de Charente.
Mais le coup de cœur de Charles vient d’Amérique-Latine.
Abasolo… une vraie pépite non conventionnelle ! C’est un whisky mexicain fait à 100% à base de maïs de culture indigène (replanté par une petite maison qui a retrouvé de vieilles variétés de mais). Souvent quand on parle de whisky de maïs, on pense au Bourbon, avec beaucoup de rondeur, de gourmandise, c’est très sweet. Et ici pas du tout ! C’est ultra sec, on a un côté pop-corn salé, maïs soufflé, grillé. Un produit déroutant, qui va à l’opposé de ce que l’on a l’habitude de déguster. Et pourtant, la bouteille est à moitié vide car Charles a convaincu plus d’un amateur de whisky de tester cet ovni mexicain et de mettre le prix pour cette belle découverte (17€ le verre).

Passionné par les spiritueux et désireux de faire vivre une réelle expérience à ses clients, Charles fait tout pour cibler au mieux leurs goûts et leurs attentes. L’enjeu est de savoir ce qu’ils ont l’habitude de boire, ce qu’ils aiment, déterminer où est leur zone de confort et s’ils ont envie d’en sortir.

A partir de là, il piochera dans ce qu’il appelle sa bibliothèque de spiritueux. Car ici les bouteilles ne sont pas exposées dans une vitrine inaccessible. Les gens ont cette possibilité de toucher les bouteilles, les ouvrir pour sentir, regarder les étiquettes. Comme ils le feraient dans le salon d’un ami.

Des cocktails originaux et des vins haut-de-gamme

Depuis quelques années, la scène bordelaise du cocktail est en plein essor. Aussi l’enjeu du Ferdinand n’était pas de rivaliser avec des grands bars à cocktails comme Cancan ou Symbiose mais de recentrer l’offre sur les spiritueux, tout en faisant quelques cocktails. Le spiritueux reste au centre de cette carte, il est vraiment mis en avant..
Tiens d’ailleurs, Charles, comment construit-on une carte de cocktails ?
Je travaille à partir d’une bouteille en particulier : je construis le cocktail en fonction du spiritueux et de sa palette aromatique. L’objectif est d’aller vers de nouveaux horizons, plus loin, avec ce produit. J’ai donc souvent des cocktails assez charnus, avec le côté alcooleux assez présent..
Ici, on ne masque pas le goût de l’alcool, on ne le dénature pas : il est au cœur des créations. Papy Eugène, Tonton Roman, Tata Maria ou encore Petite Nana, pour ne citer qu’eux, composent la carte de cocktails du Ferdinand autour de la thématique des portraits de famille.

L'un des cocktails originaux du Ferdinand
L'un des cocktails originaux du Ferdinand

Je me suis amusé à imaginer qui pourrait être la famille du maréchal Foch et quels pourraient être les traits de personnalité de chaque membre, pour en faire des cocktails. La carte d’hiver est douce, réconfortante, gourmande, pour l’été elle sera plus rafraîchissante.

Parmi les cocktails préférés du barman : le Petite Nana composé de Gin nuage, liqueur de sureau, crème de pêche, sirop orge et miel, solution acidulée, Kensington Bitters.

Un mot sur une autre partie de l’offre du Ferdinand, moins centrale, mais présente quand même : le vin !
Le Ferdinand propose une sélection de vins à la bouteille (une trentaine de références) ou au verre (deux vins rouges, deux vins blancs, 1 vin rosé et 1 coupe champagne).
La carte a été créée par les propriétaires de l’hôtel, de grands amateurs de vin qui ont décidé de valoriser le bordelais avec une sélection haut-de-gamme. Château Carbonnieux, Château La Fleur Pétrus, Château Beychevelle, pour ne citer qu’eux… Une carte qui s’apparente à la cave idéale comme aime à le dire Charles.
Côté prix comptez entre 12 et 14 € le cocktail, à partir de 12€ pour les spiritueux (mais en moyene une vingtaine d’euros) et 13 € le verre de vin rouge ou blanc.

Bar Le Ferdinand - Hôtel Villas Foch
25, Cours du Maréchal Foch
33 000 Bordeaux

Crédit photos : Camille in Bordeaux

Publié , par Camille in Bordeaux