Ma tribu médocaine : Patrick Grisard, vigneron médocain

Ma tribu médocaine : Patrick Grisard, vigneron médocain

Bienvenue dans ce nouveau volet de la série “Ma tribu médocaine” : une galerie de figures attachantes et singulières, opposée à l'idée d'un Médoc inhospitalier.
Notre protagoniste d'aujourd'hui est Patrick Grisard. Il nous conduit au cœur de son médoc, celui de ses rêves. Partons à la recherche de la vérité de son vin et suivons ce parcours initiatique !

Un rêve vigneron entre conte de fée et karma

Le rêve de Patrick, un petit royaume de vigneron, s'appelle Cornélie. Ce pourrait être le nom d'une bonne fée. De sa baguette magique, elle aurait tracé une grande clairière dans la forêt, un îlot lumineux de vigne. La faune et la flore y ont trouvé un doux refuge. Il a recueilli flopées d'animaux, des chèvres, un mulet et trois toutous qui vous font la fête. Un vrai havre de paix. Mais cette bonne fée ne se serait pas arrêtée là. Avec génie, elle aurait dispensé un filtre sur cette terre, celui de l'amour du vin. Le nectar est sublime, un médoc presque irréel envoûtant et mystérieux.

Mais croyez vous encore aux contes ? La bonne fée Cornélie aurait pu tout autant s'appeler Karma. Créée en 2009, la vie de cette jeune propriété est jalonnée de coups du sort. Un cocktail d’aléas climatiques va frapper durement les récoltes : la grêle en 2011, le gel en 2016,17 et 19… et j’oubliais en 2018 aussi un petit coup de mildiou. Malgré tout, pas de quoi donner un coup de mou à notre homme paysan. Qui a dit que la vigne était un long fleuve tranquille ! Si cela ne devait pas suffire, le vrai coup du sort, terrible, glaçant, est l’assassinat de sa maman : exactement au moment où il crée Cornélie. Après l'effroi, s’ensuit une longue procédure juridique, usante et coûteuse. Elle marque une fracture légitime et Patrick vit replié dans son royaume, avec très peu de ressources. Pendant sept ans, son château sera une caravane. Le rêve serait-il devenu cauchemar ?

Sept ans : le temps de la résilience

Sept ans, le temps d’un sortilège. Pas si sûr, mais celui de la résilience, certainement. Elle est double : la sienne mais aussi celle de sa vigne. Dans une sorte d’érémitisme, son rêve ne l’a pas quitté. Au contraire, dénué de tout, il s’est consacré à chacun de ses plants dans un dévouement absolu. Chez les faiseurs de grand vin, se retrouve immuablement une abnégation. Il n’y a qu'à ce prix que peut s'opérer une alchimie, un moment de pure magie entre l’homme et la nature. L’amour de son vignoble a ramené Patrick à l’amour de la vie. De ce voyage de sept ans, il en a ramené un trésor inestimable, son vin. Sur ce sol de pierre qu’il arrache pour construire des murs, la vigne s’accroche et tous les ans refleurit. Le fruit de cette adaptation est un sérum de vérité sur la viticulture médocaine. Le vin de Cornélie dégage un charme magique, des arômes sidérants, purs et célestes.

Dégustation du vin de Patrick Grisard
Dégustation du vin de Patrick Grisard

Une lumière particulière n’a jamais quitté le regard de Patrick et aujourd’hui elle brille. Il émane de lui une chaleur bienveillante qui se répand sur tout son domaine, dans tous les domaines. Patrick a planté un hectare de Cabernet Sauvignon, qui entre ses mains propulse des arômes improbables de syrah. La vigne est belle, sa caravane a été remplacée par un chai-maison. Avec son expérience d’auto subsistance alimentaire, il va faire du maraîchage bio agro forestier pour vendre ses légumes en cycle court. Un poulailler permettra de produire des œufs. Il a la folle idée de produire du safran et des truffes. Rien ne l'arrête plus. La vie est belle.

Le château se transforme en une ferme accueillante, une guinguette pour faire la fête, une forêt méditative, un parcours de santé autour d’une maison Ils verront bientôt le jour. A lui seul, Patrick a les réponses à toutes les difficultés que traverse Bordeaux. Il est grand temps de venir voir ce qui se passe chez lui… Voilà un visionnaire, un rêveur fou, acharné. A sa façon, Patrick est un poète en ces temps difficiles. Son vin est une équation entre l’homme et la nature. Il porte en lui le langage de toutes les émotions.

Crédit photos : Loïc Siri

Retrouvez tous les portraits de notre série Ma Tribu Médocaine !

Publié , par Loïc Siri Dégustateur