Ma tribu médocaine : Thomas Marquant, œnologue de campagne

Ma tribu médocaine : Thomas Marquant, œnologue de campagne

Bienvenue dans ce nouveau volet de la série “Ma tribu médocaine”. J’y présente une galerie de portraits singuliers et attachants qui viennent contredire l'idée d’un Médoc inhospitalier.
Pour ce 6ème volet, le protagoniste de cette immersion dans la vraie vie médocaine est l'intrépide Thomas Marquant : œnologue de campagne.

Le métier d'œnologue, appelé médecin du vin, a pour vocation de maîtriser l'élaboration du vin. Métier technique, très appuyé sur la biologie, il peut s'exercer autant en propriété que dans un laboratoire.

Thomas choisit une orientation plus atypique

En 2008, son diplôme national d'œnologue (faculté de Bordeaux), en poche, Thomas sait qu'il sera consultant.
Mais avant, il lui faut faire ses armes. Il part pour une première étape de pratique en Nouvelle-Zélande.
De retour en France, il travaille pour la famille Trocard. Il a l'opportunité de diriger la production à la fois de vin de négoce et d'appellations prestigieuses : Pomerol, Saint-émilion. Il met la main à la pâte, sur le terrain, pour une centaine d'hectares.
Depuis toujours, le Médoc est sa terre d'attache. Il y profite d'un art de vivre, du bien boire et bien manger.
Homme de contact, son vœu de carrière a toujours été de conseiller des propriétés viticoles.
En 2015, quand le cabinet de conseil œnologique d'Antoine Médeville Oenoconseil à Pauillac lui propose d'intégrer son équipe, il saute le pas. Il a à sa charge une vingtaine de propriétés dans le centre Médoc, principalement familiales, allant de tailles moyennes à de plus gros ensembles.
Pour vous relater son quotidien, il nous amène avec lui dans une de ses tournées de conseil, en plein cœur des vinifications du millésime 2020.

C'est parti !

Le départ est donné à 7h30 pour nous rendre à la première propriété.
Nous sommes à la période sensible de l'année , quand les fermentations se terminent.

Premier château : Roquegrave, chez Pierre-Yves Joannon également œnologue.
Le décor sera le même dans les trois propriétés que nous visiterons : une table, des échantillons de vin et chacun son carnet de notes. Il s'agit pour Thomas de passer en revue chacune des cuves. En fonction des problématiques, et de concert avec les attentes des propriétaires, il s'agira de proposer des solutions adaptées. Le degré d'expertise de Thomas permet à ces vins, d'atteindre le niveau de qualité recherché dans un univers devenu très scientifique.
Pierre-Yves Jouannon, lui-même ancien consultant, se reconnaît en Thomas et voit en lui "un futur grand consultant".
Les questions techniques réglées, elles cèdent le pas à un moment d'échange amical sur la vie de la propriété.
Cette campagne de travail très intense, aux enjeux primordiaux, rend les vinificateurs évidemment à fleur de peau. Indiscutablement le savoir-faire de Thomas les rassure et l'ambiance devient très vite chaleureuse. C'est l'occasion pour la propriété, centrée sur sa production, d'avoir des nouvelles des confrères et de situer leur qualité dans le millésime.

L'heure tourne, nous voilà en (petite) route vers château La Colinnière, chez Monsieur Lonan. propriété familiale très sympathique, où nous attendent le papa et son fils.
Toujours le même décor, des bouteilles d'échantillons du vin en cours, posées là, très légitimement comme leur trésor.
Un des lots de vin pose un réel problème et inquiète manifestement les propriétaires. Le silence gagne tout le monde, chacun a le regard porté sur Thomas.
Avec une bonhomie pétillante, tout heureux, il propose une solution surprenante qui sauvera le bébé.
Rendez-vous est pris pour la semaine suivante, une bonne poignée de main et nous reprenons la route avec tous un, beau sourire.

Dernière propriété de la matinée et nous arrivons au château Lesquireau Desse de la famille Lasserre, tonnelier de leur état.
Jacques et Benjamin, père et fils, pris par leur premier métier avait besoin de réactualiser le niveau technique de leurs vins.
Au feeling, ils ont choisi Thomas. Le facteur déterminant du choix d'un œnologue conseil est d'abord humain.
Depuis que Thomas est entré dans l'équipe, une nouvelle dynamique s'est installée. Le métier de vigneron est un métier prenant et solitaire. Finalement, le rôle de Thomas est tout à fait comparable à celui d'un coach.
Il est évident que les enjeux ne sont pas uniquement technologiques.
Depuis trois millésimes maintenant, le dynamisme de Thomas a su insuffler de grands progrès.
Verre à la main, l'œnologue fait son travail avec un tour complet des cuves. Il scrute attentivement chaque vin.

Jacques et Benjamin sont suspendu à son jugement.
Toujours tout sourire, il sait s'imprégner immédiatement de tout cet ensemble de travail.
On voit que ça va vite : quelques instants de réflexion et les instructions sont échangées.
La question du jour est digne d'un problème d'algèbre de certificat d'étude au temps de Jules Ferry ; Il faut réunir des lots de vin, opération d'assemblage, dans une série de contenants de tailles différentes. Un vrai casse tête pour le novice.
En deux coups de cuiller à pot, les volumes sont calculés.
Benjamin et Jacques, représentant à eux deux quelques 80 millésimes au compteur, retiennent pourtant leur souffle pour ne rien rater.
Éprouvette à la main, la recette est composée. Le résultat est significatif. La juste proportion de vins réunis ensemble, créé une complémentarité parfaite entre chaque lot.
L'opération est loin d'être strictement technique, elle est surtout faite avec une grande sensibilité.
L'œnologue/conseil repart, sa mission accomplie.

Chaque année, Thomas Marquant fera quelques dizaines de milliers de kilomètres au service du Médoc.

Encore une belle aventure médocaine, une super matinée avec Thomas, sur nos jolies routes et propriétés, avec le vin en amitié.

Crédit photos : Loïc Siri

Retrouvez tous les portraits de notre série Ma Tribu Médocaine !

Publié , par Loïc Siri Dégustateur