Ô Joie, du vin en canette !

"Ô Joie", du vin en canette !

La canette, une révolution dans l’emballage qui, comme tant d’autres changements dans l’industrie viticole, a enthousiasmé de nombreux pays mais peine à s’installer en France. L’hexagone serait-il enfin prêt à sauter le pas et s’ouvrir à ce contenant audacieux ? C’est ce que semble penser Miss Vicky Wine, comparse contributrice sur Toutlevin et militante pour une vision décomplexée du vin.

Plus qu’une simple tendance

Malgré les dires de ses détracteurs, la canette a montré qu’elle n’était pas un phénomène passager et réalisé une croissance spectaculaire sur les marchés anglo-saxons. Je vous vois venir, ne la cataloguez pas tout de suite uniquement nouveau monde car nos voisins allemands sont aussi sous le charme. Cependant, en France, difficile de citer des acteurs de ce secteur de niche autres que Winestar. Débarqué il y a quelques années sur notre marché conservateur, il peine d’ailleurs toujours à multiplier ses points de vente et réalise la majorité de son chiffre d’affaires à l’étranger.

La canette doit son développement à ses nombreux avantages. Le premier qui vient à l’esprit est bien sûr son format adapté à une dégustation nomade. Elle est idéale pour savourer un verre de vin hors domicile, au beau milieu de la nature, lors d’un pique-nique entre amis ou en voyage… sans avoir peur d’oublier le tire-bouchon. Autre plus, elle facilite la gestion de sa consommation et évite de jeter une bouteille entamée mais jamais finie, un geste qui brise le cœur et nous est tous arrivé. Mais elle n’est pas uniquement réservée aux particuliers et s’avère très pratique pour les professionnels. Parfaite pour la vente à emporter, elle pourrait aussi remplacer certains vins au verre dans de petits restaurants ayant des difficultés à gérer le roulement de leurs bouteilles. On notera également sa capacité à être recyclée à l’infini, la canette est donc durable.

Un Gamay en canette !

Les habitudes ont la peau dure et le vin est un breuvage à part que l’on associe directement à son contenant phare, la bouteille en verre. Pourtant, la canette a déjà conquis brillamment le marché des sodas et des bières. Après tout, au même titre qu’une bière artisanale de qualité, pourquoi ne pas boire un vin en canette ?

Et ce n’est pas Anne-Victoire alias Miss Vicky Wine qui vous dira le contraire. Elle qui désire rendre le vin d’AOC d’habitude sérieux plus accessible vient de lancer sa campagne de crowdfunding pour mener à bien un projet ambitieux : Ô Joie, du Fleurie en canette. Soit un Gamay au fruité croquant, riche en notes de baies rouges et en touches de poivre. Frais, juteux et avec juste ce qu’il faut d’épices, il peut sans nul doute s’approprier ce contenant relax et fun qu’est la canette. Quant à la préservation des qualités organoleptiques, on utilise un revêtement alimentaire qui respecte les caractéristiques du vin et empêche un contact direct avec l’aluminium. Et l’opacité de la canette protège de l’air et de la lumière. L’évolution étant donc impossible, n’attendez pas des crus de garde, elle est réservée exclusivement à des vins prêts à boire. Ça ne menace pas la bouteille, c’est une autre expérience commente Anne-Victoire. Une remarque appuyée par une étude du cabinet américain WICResearch réalisée en 2018 et 2019. La canette séduit des amateurs avertis, hommes comme femmes, qui apprécient les nouvelles occasions de consommation créées. Toujours pas convaincu(e) ? Pour dépasser les préjugés, il faut goûter !

Adepte de l’innovation, intrigué(e) ou déjà conquis(e) par la canette ? Aidez Miss Vicky Wine à réaliser son incroyable challenge en participant à sa campagne de crowdfunding !