Pierric Petit, vigneron aux Coteaux du Montguichet

Pierric Petit, vigneron aux Coteaux du Montguichet

C'est sous les premiers rayons du soleil matinal que les bénévoles, amis, proches, collègues et curieux se pressent aux Coteaux du Monguichet pour démarrer les vendanges 2022.
Petite particularité de ce lieu très récent : nous sommes sur la commune de Chelles à tout juste 15 kilomètres à l’est de Paris, sur le nouveau terrain de jeu de l'IGP Île de France.

Du bois… A la vigne

A l’ère où la reconversion professionnelle bat son plein, Pierric Petit est un avant-gardiste. Ce menuisier de formation a d’abord exercé son métier pendant 25 ans. C’était sans compter sur sa deuxième passion : le vin. Cela fait maintenant 10 ans que ce curieux, avide de partage, a fait ses premiers pas dans le monde de Bacchus.
Aux prémices de sa nouvelle vie professionnelle, il crée sa société, le Vin Vagabon, une belle excuse pour animer des ateliers et des cours œnologiques mais surtout partager de nombreux moments de rencontres et de convivialité.
En parallèle, il suit plusieurs formations, histoire de mettre toutes les chances de son côté : un diplôme de Technicien en Œnologie à Dijon dans un premier temps, suivi d’un Brevet Professionnel Responsable d’Entreprise Agricole à Beaune.
Durant tout ce temps, il développe sa sensibilité à l’expression du terroir et finit par mûrir son projet un peu fou d’un vignoble francilien, à l’instar d’autres vignerons comme au Domaine Bois Brillant ou encore La Bouche du Roi.

Pierric Petit, vigneron passionné
Pierric Petit, vigneron passionné

Un domaine audacieux

Un beau matin de printemps 2019, à la frontière périurbaine de Chelles en Seine et Marne, sur les collines du Monguichet, Pierric se lance.
C’est dans une zone de biodiversité que le néo-vigneron plante 6 hectares de vignes en agriculture biologique sur des sols d’une grande diversité (sable, argile, limon et marne). Il croit dur comme fer en cette région anciennement plus vaste vignoble de France au 18ème siècle et il n’est pas le seul. C’est dans le cadre d’un financement participatif que le projet voit le jour.
Il choisit des cépages en cohérence avec la zone climatique septentrionale, plutôt fraîche : du chardonnay, du pinot gris et du pinot noir pour les incontournables. Il y apporte aussi une touche d’originalité avec le savagnin, variété emblématique du Jura.
Il va également plus loin en utilisant à la fois des souches clonales, sélectionnées par un pépiniériste que l’on trouve dans la plupart des vignobles d’aujourd’hui, et des sélections massales. Ces dernières ont la particularité d’avoir été choisies sur une ancienne parcelle par le vigneron pour leur qualité et contribuent à la diversité génétique végétale.
En résumé, prenez un homme passionné, des vignes au sein d’un lieu chargé en biodiversité, agrémenté de vitiforesterie (plantation d’arbres dans les vignes pour apporter de l’ombre et s’adapter au réchauffement climatique) et vous obtenez le Domaine des Coteaux du Montguichet.

Les vignes du Domaine sur les coteaux chellois
Les vignes du Domaine sur les coteaux chellois

Un chai à la hauteur

Alors que les vignes grandissent et s’adaptent à leur nouvel environnement, l’année 2022 marque un tournant pour le Domaine.
Les raisins ne pointent pas encore le bout de leur nez mais septembre approche et sera marqué par la première vinification au Domaine.
Branle-bas de combat, il faut lancer la construction du chai : un espace de vinification mais surtout un endroit convivial pour recevoir, faire découvrir et partager de bons moments avec des expositions, des concerts, bref, tout un programme.
Tandis que le chai se dresse petit à petit en gardien face aux vignes, cuve en inox, pressoir et barriques viennent garnir tous les recoins du lieu.
Pierric s’y voit déjà : Le terroir frais sera parfait pour les blancs qui seront vinifiés séparément avec le moins d’intrants possible. Le pinot noir, quant à lui s’exprimera à merveille : fruits croquants et mûrs, macérations courtes et élevage dans le chai à barrique semi enterré pour patiner les tanins grâce à la micro-oxygénation. Des fûts de plusieurs vins sont choisis en Bourgogne pour leur qualités et également pour éviter l’apport aromatique du bois. Il n’y a plus qu’a attendre sagement les fruits de plusieurs années de dur labeur…

Le chai flambant neuf
Le chai flambant neuf

Un premier millésime prometteur

Août est marqué par un ensoleillement jamais atteint et une chaleur exceptionnelle qui précipitent le moment tant attendu. Les vendanges débutent donc le 1er septembre avec une ribambelle de bénévoles venus prêter main forte à Pierric. Le bal est ouvert. Tous à son poste : vendangeurs, porteurs, trieurs, … et pro du barbecue pour rassasier toutes ces petites mains.

L’équipe de tri en action
L’équipe de tri en action

Les raisins remplissent les cuves à une vitesse effrénée. Le murmure des levures commence à se faire entendre. Il ne faut pas moins de 6 jours de récolte manuelle pour venir à bout des vignes chelloises dans une ambiance festive.

Contrôle des fermentations en barrique
Contrôle des fermentations en barrique

Après plusieurs semaines d’encuvage, de soutirage, de mise en barrique et de sueur, qualité et quantité sont de mise. Encore un peu de patience car Pierric compte bien nous surprendre avec ses cuvées !

Crédit photos : Domaine des Coteaux du Montguichet

Publié , par Cécilia Galaret
Mise à jour effectuée