Qu’est-ce qu’un « vin vivant » ?

Qu’est-ce qu’un « vin vivant » ?

Vous avez certainement déjà entendu l’expression vin vivant concernant notre breuvage préféré. Peut-on qualifier un vin de vivant ? Qu’est-ce qu’un vin vivant ?

Peut-on qualifier un vin de vivant ?

Bien évidemment !
Le vin, même conditionné en bouteille, continue son élevage. Il vous suffit de déguster une cuvée à quelques mois d’intervalle pour vous rendre facilement compte qu’elle n’aura pas la même expression aromatique, le même équilibre en bouche.

Certains vins vont évoluer favorablement avec le temps, comme les vins de garde (voir notre article Comment reconnaît-on un vin de garde ?), alors que d’autres ne vont pas tenir l’épreuve du temps, apparaître comme décharnés, déstructurés.

Le vin est composé majoritairement d’eau (et oui !), puis d’alcool, et de près de mille substances diverses et variées dont les teneurs et les formes vont changer au cours de sa conservation.
Par exemple, les anthocyanes, responsables de la couleur des rouges, vont s’oxyder lentement, la robe du vin va alors passer de rouge violet à rouge ambré.
La structure chimique des tanins va se modifier, entraînant une perception différente en bouche. Un vin rouge jeune est souvent plus astringent qu’après quelques années en bouteille.
Les arômes caractéristiques des cépages, les arômes primaires, des fermentations, les arômes secondaires, vont laisser la place aux arômes tertiaires qui apparaissent pendant l’élevage. Le bouquet du vin va ainsi passer de fruits frais à fruits mûrs, épices, cacao, miel...

Peut-on qualifier un vin de non vivant ?

Non !
Peu importe les itinéraires culturaux ou les méthodes de vinification, le vin va vivre sa vie en bouteille. L’utilisation de certaines techniques peut cependant accompagner l’évolution des vins afin de garantir leur qualité.

L’emploi de sulfites (voir notre article Les vins sans sulfites), à des doses raisonnées, permet de contrôler les phénomènes d’oxydation et la multiplication des micro-organismes indésirables afin d’éviter des déviations organoleptiques préjudiciables à la qualité (voir notre article 5 défauts du vin).

Une filtration très serrée, voire stérile, va éliminer ces bactéries peu fréquentables, mais cela peut aussi altérer l’expression qualitative des vins, notamment au niveau aromatique.

L’emploi de capsules à vis pour le bouchage, qui sont hermétiques à l’oxygène, est destiné à des vins qui seront consommés dans leur jeunesse, ne nécessitant pas un élevage en bouteille.

Qu’est-ce qu’un vin vivant ?

L’expression vin vivant est en fait un pléonasme, tous les vins évoluent avec le temps !

Ce phénomène fait depuis toujours la réputation des grands vins de Bordeaux ou de Bourgogne, des liquoreux de Sauternes...

Cette figure de style est employée afin de mettre en avant une volonté de faire du vin le plus naturellement possible, avec le minimum d’interventions de l’humain. Une idéologie plus que respectable, favorisant l’expression des terroirs, à condition que le produit ne soit pas altéré, mais qui laisse sous-entendre que les autres vins ne seraient donc pas vivants.

Il faut savoir respecter le travail de chacun et faire plus confiance aux palais des consommateurs qui sauront choisir le vin correspondant à un moment de vie...

Publié , par La WINEista