Que boire avec une salade de chou asiatique ?

Que boire avec une salade de chou asiatique ?

Les bonnes résolutions de janvier passent souvent par une alimentation plus équilibrée. Cependant, cela ne vous empêche pas de vous faire plaisir avec des plats aussi légers que succulents. C’est le cas avec cette délicieuse salade asiatique détox au chou rouge imaginée par notre reine des fourneaux Margaux.

Émoustillez votre palais avec ce ravissant pêle-mêle de crudités. Le croquant du chou rouge, de la carotte et du radis noir y rencontre celui de la noix de cajou. La douceur de l’orange enrobe le tout, relevée par une pléiade d’herbes aromatiques, de la ciboulette à la coriandre, sans oublier la menthe. Enfin, une sauce à base de soja, citron vert et nuoc mam, caractérisée par son acidité et sa fraîcheur, vient napper l’ensemble. Un plat complexe qui demande réflexion pour le choix du vin idéal.

Ton sur ton avec un blanc sec

Qui se ressemble s’assemble ! Comme première option, donc, je vous propose de vous tourner vers un vin qui rappellera en tous points les saveurs de ce mets singulier. Entre les crudités et la sauce, ce plat oscille entre acidité et amertume, deux ennemis bien connus du vin. Tout doit alors être question de subtilité et de délicatesse.

On commence avec la fougue d’un Alsace Sylvaner. Ce vin désaltérant, aux fleurs et agrumes discrets, saura s’effacer doucement au profit de cette imposante salade. Faites également confiance à un gouleyant Chardonnay de Mâcon, en Bourgogne. Concentration, fruité, rondeur et pointe de citronnelle au programme. Pour un peu plus de minéralité, rendez-vous en Loire, dans l’appellation Sancerre. Ici, le Sauvignon blanc offre des notes de menthe, orange et citron. Des arômes familiers, n’est-ce pas ?

On peut aussi miser sur un peu plus d’opulence et de gras. En Vallée du Rhône, un Condrieu issu du Viognier vous ravira par son explosion de parfums. On sélectionne un millésime plutôt jeune pour profiter de ses fruits frais et de sa suavité. Même constat avec un Alsace Pinot Gris souple et puissant qui impressionnera par son équilibre.

Affrontement de saveurs avec un rouge fruité

Plutôt amateur/rice d’ accords de contraste ? Alors optez pour un vin rouge. Cette association surprendra sans aucun doute vos convives. Il y a toutefois une règle cruciale à respecter pour régaler vos papilles : éviter les tanins. En effet, entre le citron vert, le soja et le nuoc mam, la sauce très acide ne ferait que les durcir pour un résultat loin d’être agréable.

Et enfin, on part pour un tour de France du Pinot Noir ! Premier arrêt, la Savoie, en appellation Bugey. Des vins fins qui offrent tout de même une belle charpente, des tanins soyeux, des fruits rouges et des épices. On continue en Loire, à Menetou-Salon. Les épices sont encore présentes, entourées de fruits mûrs. La bouche est veloutée et souple, avec des tanins fins. Dernier stop, la Moselle, où le Pinot se révèle chatoyant. On aime ses vins charnus pleins de fraîcheur avec une palette sur la griotte.

Publié , par Marie - Drink a beat