Quels vins avec une salade niçoise ?

Quels vins avec une salade niçoise ?

Elle sent bon les déjeuners en terrasse, bercés par le chant des cigales, la douceur de l’été, un brin rafraîchi par la brise marine. La salade niçoise est une spécialité indémodable bien au-delà de ses frontières culinaires. Quels vins pour l’accompagner ?

Dès qu’il s’agit de recette régionale, le débat fait rage quant à la liste de ses ingrédients. La base de la salade niçoise se compose de tomates, olives de Nice, poivron vert, oignon cébette, basilic et huile d’olive. Selon la saison et l’inspiration, on peut y ajouter des fèves, artichauts violets, radis, œufs, thon.

Bref, peu importe la formule, il en résulte un plat coloré, tout en fraîcheur, contrasté par sa texture, à la fois croquante et moelleuse, et par ses différentes saveurs, de l’onctuosité, de l’acidité, des notes végétales.

Face à ce mélange éclectique, il semble compliqué de trouver le mariage parfait. Mais est-ce que perfection rime forcément avec délectation ?

Evitons les faux pas en optant pour un vin rouge dont les tanins seraient malmenés par toutes ces crudités. Jouons avec plaisir en compagnie des blancs et rosés ! Leur température de service (8-10°C), palette aromatique, consistance en bouche, vous réservent une partie dynamique...

Un vin rosé pour rester dans la tonalité

Le joli panaché de couleurs de la salade niçoise donne envie de rester dans les tons avec un rosé à la robe éclatante.

Il suffira de jeter son dévolu sur un vin charnu, capable de tenir tête à cette riche association de goûts. Un rosé de gastronomie comme on en trouve dans bon nombre de nos vignobles (voir notre article Vins rosés, halte aux préjugés !).

Un accord régional avec un vin de Provence, ou plus baroudeur avec une cuvée du Languedoc, une région qui mérite d’être mieux reconnue pour la qualité et la diversité de ses rosés (voir notre article 5 vins pour voir la vie en rosés du Languedoc lien}.

Une salade niçoise avec un blanc rafraîchissant

Un vin blanc expressif, juteux, à la finale qui fait saliver.

Ecartons les cuvées élevées en fûts de chêne, plus sur le gras et alourdies par les tanins du bois.

Un Sauvignon blanc bordelais de l’Entre-Deux-Mers, un Colombard des Côtes de Gascogne, un Bourboulenc de La Clape (voir notre article Découverte de l'AOP La Clape), un Chenin blanc de Loire (voir notre article Le Chenin de Loire)...

On va s’en donner à cœur joie avec une salade niçoise !