Retour sur la dernière édition de la Percée du vin jaune

Retour sur la dernière édition de la Percée du vin jaune

La 25ème édition de la Percée du Vin Jaune a conquis les cœurs les 4 et 5 février dernier. Près de 21 500 personnes ont arpenté les rues de Voiteur, au pied de Château-Chalon, dans une ambiance plus festive que jamais. Toutlevin a eu la chance de vivre ce moment de l’intérieur avec la sensation d’appartenir à la famille jurassienne le temps d’un week-end. Inoubliable !

On m’avait promis l’enfer jurassien, j’ai vécu le paradis victorien (du nom des habitants de Voiteur). Pas un flocon à l’horizon, des températures ultra-clémentes, tout juste un petit crachin franc-comtois comme accueil matinal, il y a pire pour vivre sa première Percée du Vin Jaune. On est loin de l’édition 2012 à Ruffey-sur-Seille où le vin jaune gelait carrément dans le verre, se souvient Olivier Badoureaux, directeur du Conseil Interprofessionnel des Vins du Jura (CIVJ).

La Percée permet de rendre hommage à l’or jaune du Jura, ce vin si particulier à la renommée internationale !
La Percée permet de rendre hommage à l’or jaune du Jura, ce vin si particulier à la renommée internationale !

Pour la 25ème édition, Voiteur, assis au pied du célèbre rocher de Château-Chalon, avait revêtu sa parure de gala et d’hôte de choix, le jaune en étendard : un drapeau par ci, une casquette ou un maillot par-là, toutes et tous suivaient le peloton pour rejoindre la grand-messe. Le fameux office religieux, en place depuis la première édition à Poligny en 1997, qui ouvre les hosti(es)lités. Vers 10h30, la messe est dite : le tonneau béni de dieux peut enfin sortir de la Paroisse des Coteaux de Seille et rejoindre les adeptes du Vin Jaune. Le vieux tracteur (1956 !) de Bastien Baud, vigneron et président de l’édition 2023, fait office d’ouvreur mécanisé pour rejoindre la place du champ de foire, bien entouré par le cortège où confréries, vignerons et ambassadeurs avancent au son des fanfares.

Le vin jaune, c’est une éducation, il faut du temps pour l’apprivoiser…

Les Patauges Cuivrés, Chaux de Vents et Bat Macadam battent le pavé sur des rythmes endiablés. J’adore ce rituel, c’est vraiment le lancement du week-end, glisse un habitué lyonnais qui vit sa 12ème Percée. On sait que le millésime va bientôt voir le jour et qu’on ne va pas en perdre une miette. Enfin plutôt une goutte, rétorque sa femme. Le ton est donné. Ce qui marque les esprits je trouve cette année, c’est la jeunesse de l’assemblée, explique Christian Vuillaume, le maire de l’emblématique Château-Chalon. Cela montre que le Vin Jaune et les Vins du Jura ont de l’avenir !

Béni, le fameux tonneau du millésime 2016 quitte l’église pour rejoindre le champ de foire de Voiteur
Béni, le fameux tonneau du millésime 2016 quitte l’église pour rejoindre le champ de foire de Voiteur

Après les discours des officiels, c’est le grand moment que toute la foule attend (et elle est nombreuse malgré la pluie !), la cérémonie de la Percée du fameux tonneau. Cette année, le voile est levé sur le millésime 2016. Et comme à chaque édition, le privilège revient à une personnalité triée sur le volet. Lola Sémonin, alias La Madeleine Proust, donne dans le franc-parler et le rap décalé pour amuser la galerie et enfoncer quelques portes ouvertes avant de manier le maillet avec dextérité. Le vin jaune, c’est toute une éducation, comme la musique ou le théâtre, explique-t-elle. Il faut un peu de temps pour l’apprivoiser mais une fois l’initiation terminée, la magie opère !

21 500 visiteurs sur deux jours, une fête totale !

Le robinet en place, le breuvage à base de Savagnin coule à flot dans les clavelins destinés au public. Le temps de percer le secret du 2016 est venu : C’est un millésime assez frais et plutôt vif, d’une richesse et d’une complexité intéressante, plus rond que puissant, détaille Bastien Baud.

Certains font preuve d’ingéniosité pour les accords et d’autres préfèrent l’ambiance des caveaux
Certains font preuve d’ingéniosité pour les accords et d’autres préfèrent l’ambiance des caveaux

Sur le devant de la scène, quelques anciens ont l’attirail des initiés avec un tablier en dur qui laisse apparaître un garde-manger à la jurassienne : cerneaux de noix et cubes de comté accompagnent la dégustation du vin jaune. On entend souvent parler d’accord parfait mais celui-là, il est indétrônable, confie l’un des hommes, casquette aux couleurs de la Percée vissée sur la tête. Puis c’est déjà l’heure d’entonner l’hymne qu’il est bien compliqué de se sortir de la tête (surtout en fin de journée !). Vin jaune, vin jaune, on aime beaucoup le vin jaune, n’est-ce pas ? Vin jaune, vin jaune, trinque ton verre avec moi ! La température monte et la pluie s’arrête peu à peu. Une aubaine pour la foule qui attend de pied ferme l’ouverture des caveaux. Cette année, ils sont 48 domaines à avoir pris place dans les garages, les caves ou les greniers laissés à disposition par les Victoriennes et les Victoriens. En tout, ils seront 21 500 visiteurs sur le week-end (17 000 le samedi et 4500 le dimanche) à pousser les portes de ces caveaux improvisés. Les fanfares de rue s’emparent alors de l’ambiance, la fête peut commencer.

Comté, morbier, Trousseau et authenticité !

Dans les inépuisables files d’attente, les échanges se veulent authentiques, la Percée brasse large : ici une troupe d’amis belges venant de Mons revendique un amour inconditionnel du Jura et de ses joyaux viticoles, là une bande de copains bourguignons, jurassiens, savoyards et solognots arborent le fameux kilt écossais avec une certaine sensualité (!). Nous sommes les Ecossais hétérokilt, affichent-ils fièrement après avoir entonné les prisons de Nantes de Tri Yann. La suite des événements est réservé à un public averti (la légende est avérée !). Puis vient l’heure de se plonger dans un caveau.

Le Domaine Dugois a fait recette, environ 400 bouteilles vendues en un week-end, notamment ce Trousseau Les Trias sur le fruit
Le Domaine Dugois a fait recette, environ 400 bouteilles vendues en un week-end, notamment ce Trousseau Les Trias sur le fruit

Sur les conseils d’un ami, je file au numéro 31, le domaine Dugois. Philippe, sa femme et ses parents s’activent derrière le comptoir. La dernière fois que j’ai vu autant de monde, c’était à Lons-le-Saunier en 2016, explique le jeune vigneron qui a repris l’exploitation familiale en 2013. Mais ce qui frappe cette année, c’est la patience et la sympathie des gens, on se régale vraiment de leur expliquer comment on travaille.

En tout, environ 400 bouteilles seront vendues dans le week-end. Son Trousseau Les Trias, fruité et gouleyant aux tanins légers, aura notamment un franc succès. Le vin idéal à partager entre copains. En route, nous faisons le plein de fromages au stand comté et morbier, puis DJ Baz et Colloc envoûtent la foule avec un condensé électro-disco-house détonnant. Le temps file, 18h, c'est déjà la fin de la journée.

Le dimanche est plus soft, plus familial. Les inconditionnels du vin jaune s’arrachent les petits trésors de la vente aux enchères. 207 lots mis en vente dont un Château-Chalon 1886 qui partira à 3500€ (hors frais de commissaire-priseur). Le lot de charité, qui comprend tous les vins clavelinés du vendredi soir, permettra de récolter 1000€ au profit des Copains Jurassiens, une association caritative. Le Jurassien sait recevoir mais il sait surtout donner !

Crédit photos : Yoann Palej

Retrouvez le premier volet de notre focus sur La Percée du Vin Jaune !

Et pour en savoir plus sur le Vin Jaune du Jura, lisez aussi : Qu’est-ce que le Vin Jaune du Jura ? , Vin jaune : 6 ans pour le faire, mais vous pouvez le garder 100 ans ! et Le Vin Jaune lève son voile.

Publié , par Yoann Palej