Tour du monde des vignobles : l’Autriche

Tour du monde des vignobles : l’Autriche

Après un parcours mouvementé, l’Autriche a finalement appris à chérir ses terroirs pour en tirer le meilleur. De nos jours, elle est synonyme de grands vins blancs à l’acidité remarquable qui n’ont pas à rougir face à leurs voisins.

Un scandale viticole historique

Si elle est aujourd’hui connue pour sa production de qualité, l’Autriche a vécu une histoire viticole remplie d’obstacles. Et celle-ci s’étale sur des millénaires. Ce sont les celtes qui, les premiers, ont su déceler son potentiel et y ont implanté la vigne. Mais, à l’instar de nombreux autres vignobles européens, il faudra attendre l’arrivée des romains pour connaître une véritable expansion. Il se construit ensuite une solide réputation à travers ses vins liquoreux et profite d’une période faste.

Toutefois, les enjeux géopolitiques et la crise du phylloxéra lui feront vivre des heures sombres qui arriveront à leur apogée dans les années 80. C’est à cette époque qu’éclate un scandale sans précédent : les viticulteurs autrichiens, amenuisés par les aléas climatiques, ajoutent de l’antigel à leurs cuvées pour atteindre la sucrosité voulue. Les exports chutent de manière abyssale et le gouvernement décide de restructurer et contrôler le vignoble grâce à un système d’appellations. Un vent de renouveau souffle depuis sur cette viticulture qui place la qualité avant la quantité et prend enfin plaisir à travailler ses terroirs passionnants.

Vienne, une exception viticole

La majorité de la production est réunie autour de Vienne, dans une région appelée Weinland Österreich. On y trouve une incroyable variété de sols, entre schistes, sables, argiles, limons, ou encore gneiss. Ici, les cours d’eau sculptent le vignoble sous le regard bienveillant des Alpes. Le climat continental qui règne, particulièrement rude, est considéré comme responsable de la pureté et de l’intensité de ces vins de caractère. La capitale est certainement la seule au monde à avoir un tel lien avec la vigne. Elle évolue au cœur de plus de 600 hectares qui touchent parfois les zones résidentielles. On peut également s’en éloigner pour découvrir des cuvées plus confidentielles. De manière générale, l’Autriche est dominée par les vins blancs, qui représentent environ 65% de la production du pays. Le Rhin leur apporte de la fraîcheur, et le Danube de la vivacité et une jolie complexité aromatique. Au sud de ce dernier, à Carnutum entre autres, vous pourrez néanmoins dénicher des rouges intéressants.

Un cépage symbolique, le Grüner Veltliner

Cousin proche du Riesling, cépage phare de leurs voisins allemands, le Grüner Veltliner est né d’un croisement entre le Traminer et le St. Georgen. Il recouvre plus d’un tiers de la surface viticole du pays. Cette place de choix, il la doit non seulement à sa grande productivité, mais aussi à sa facilité à s’adapter à de nombreux sols et au fait qu’il ne nécessite que peu de soins de la part des viticulteurs pour s’épanouir.

On l’associe souvent à des vins dits désaltérants, qui combinent fraîcheur et fruité. On le devine à la dégustation à ses notes de pamplemousse et d’aneth. Mais il peut aussi composer des vins de garde, qui deviendront plus corsés avec les années, voire révéler des arômes de poivre qui surprendront vos papilles. Un cépage aux multiples facettes, donc, à l’image du vignoble autrichien.

Publié , par Marie Lallemand
Mise à jour effectuée