Vins volcaniques : à la découverte des Îles Éoliennes

Vins volcaniques : à la découverte des Îles Éoliennes

Au nord de la Sicile, il existe une impressionnante chaîne de volcans, nichés sur la terre ou sous-marins, les Îles Éoliennes. Non contentes d’être au cœur d’innombrables fables datant de l’Antiquité, elles offrent également une viticulture de qualité, représentée par un vin doux unique : la Malvoisie.

Mythes et légendes

Leur nom rend honneur au dieu des vents, Éole, qui y aurait résidé. L’archipel est d’ailleurs soumis à une mer impétueuse qui a emporté bien des marins. Quant à l’île de Vulcano, elle aurait elle-aussi accueilli une divinité, Vulcain, patron du feu et de la forge. Des origines mythiques donc, et un essor important durant l’Antiquité, avant de se stabiliser et de connaître un second souffle à la Renaissance. Mais le vignoble a été frappé de plein fouet par la crise du phylloxéra et il faudra attendre les années 1930 pour qu’il retrouve des forces. Grâce à l’ingénieur agronome Nino Lo Schiavo, dans un premier temps, qui introduit la marque Malvasia di Lipari. Puis à l’architecte Carlo Hauner qui apporte son esprit innovant. Un peu moins d’une centaine de vignerons se dédient aujourd’hui à sa production.

Avez-vous lu notre article sur les cépages maudits ?

La Malvoisie, un cépage aux talents multiples

Les Îles Éoliennes sont la terre de prédilection de la Malvoisie ou Muscat Blanc. Il désigne ici un cépage et un vin reconnu par la DOC Malvasia delle Lipari. La viticulture est une tradition millénaire sur ces terroirs. Et si les avis divergent quant à la date d’implantation de la Malvoisie, une chose est certaine, elle est ancienne. Les viticulteurs la travaillent depuis des générations, si bien qu’il en existe désormais une quinzaine de variétés différentes. Elle se décline de trois manières. Un blanc sec aux senteurs de fleurs blanches, de pêche et d’abricot, qui surprend par ses délicates notes salines délivrées par la mer à proximité. Un vin de paille confectionné à partir de raisins en surmaturité séchés au soleil. Les figues se mêlent aux dattes, au miel et aux agrumes confits dès les premières inspirations, avec toujours cette délicieuse touche iodée. Et un vin fortifié, le liquoroso.

Une diversité passionnante

Trois îles se distinguent particulièrement. Vulcano et sa terre aride d’abord. Capable de n’abriter que les cultures de la vigne et des oliviers, elle délivre un vin rouge intéressant. Alicante, Nero d’Avola, Nocera, Sangiovese et Corinto Nero s’associent dans des cuvées de caractère aux arômes de framboise, de tabac et de terre. Stromboli et son volcan en éruption permanente dont s’élèvent constamment des bouffées de cendres ensuite. La vigne y a connu une histoire compliquée, avec notamment une éruption violente à la sortie du phylloxéra qui ne laissa qu’une poignée de viticulteurs prêts à continuer. Mais une nouvelle impulsion récente a fait naître une production confidentielle autour du Nero d’Avola, du Nerollo Mascalese et de la Syrah…et bientôt un retour de la Malvoisie. Salina, la capitale de la Malvoisie enfin. Avec ses volcans éteints depuis 13 000 ans et son taux d’humidité supérieur à celui des autres îles, elle propose des conditions idéales et compte logiquement de nombreuses exploitations agricoles. Si la Malvoisie y règne en maître, elle est accompagnée de blancs et rouges faisant honneur aux principaux cépages siciliens. Les Îles Éoliennes n’ont donc pas fini d’épater vos papilles.

Pensez-vous que les incendies ont un impact sur le goût du vin ?

Publié , par Marie - Drink a beat