Du Beaujolais pour Thanksgiving ?

Du Beaujolais pour Thanksgiving ?

Pourquoi boit-on du Beaujolais à Thanksgiving et tout au long du mois de novembre ? La tradition du vin nouveau a rendu le Beaujolais célèbre dans le monde entier, même si ce n’est pas toujours pour les bonnes raisons. Elle a fait de novembre le grand mois du Beaujolais, au-delà du troisième jeudi du mois.

Le Beaujolais Nouveau

Le gamay, cépage roi du Beaujolais, est précoce et entame souvent la valse des vendanges en septembre. Ses macérations courtes et son jus charmeur permettent de faire des vins que l’on dit "nouveaux", car prêts à boire dès le mois de novembre suivant la vendange. S’ils ne sont ni les plus complexes, ni ceux réservés à la garde, ce sont d'excellents vins, parfaits pour les premières longues soirées d'hiver.
On le fête traditionnellement en novembre, le troisième jeudi du mois, de Tokyo à San Francisco.

Le Beaujolais Nouveau est le bébé du Beaujolais, il babille, il croque, il pète le fruit. La vinification n’est pas aussi simple que le vin qui en résulte. Si la macération est trop courte, le vin est trop léger, sans couleur. Au contraire, si elle est trop longue, les tanins sont astringents. C’est un vrai savoir-faire !

Une tradition au delà de l’opération marketing

Le Beaujolais Nouveau existe en fait depuis le XIXème siècle, où l’on pouvait acheter les vins sous le pressoir pour les présenter aux distributeurs, cafés et bistrots de Lyon et Paris dès la semaine suivante.
En 1951, les vignerons obtiennent l’autorisation de vendre les vins en primeur avant le 15 décembre. C’est en 1967 que le célèbre négociant Georges Duboeuf crée l’évènement à New York et rend le Beaujolais célèbre dans le monde entier.
Dans les années 60, l’augmentation des volumes est fulgurante jusqu’au milieu des années 80 (pour en savoir plus, lisez notre article : Georges Duboeuf, la figure du Beaujolais Nouveau).

Célébré le 3ème jeudi de novembre depuis 1985, il a connu des décennies moins glorieuses au début du siècle. Cependant, les vins de la région redeviennent populaires, et pas seulement en novembre ou sur les zincs de Londres, Lyon ou Paris. Les vignerons attachés à leur terroir donnent le meilleur de leur fruit à ce moment de l’année.

Thanksgiving et le Beaujolais

La fête de Thanksgiving est célébrée aux Etats-Unis tous les ans le 4ème jeudi de novembre, soit juste une semaine exactement après le Beaujolais Nouveau. Pas étonnant donc que les tables de fêtes aient pour invités les Beaujolais. La chance, c’est que les plats traditionnels de Thanksgiving semblent être particulièrement adaptés au gamay !

D’abord la dinde, une viande blanche qui va particulièrement avec les rouges légers. On le sait, elle peut être sèche et le Beaujolais, moins alcoolisé que la plupart des rouges, est un vin qui mouille bien le palais.
Ensuite la sauce de cranberry, une baie particulièrement acide qui se marie bien avec un vin à l’acidité prononcé. Plus acide que le gamay, elle vous donnera l’impression que le vin l’est moins. Équilibre trouvé !
Enfin, les frites de patate douce : tout ce qui est riche donne soif et encore une fois le gamay arrive gagnant. Frais, léger, acidulé, il se présente à point nommé pour accompagner la richesse de la friture.
Cerise sur le gâteau, à Thanksgiving, on invite qui on veut : famille, amis, tout est permis dans l’ordre désiré.

Quel Beaujolais choisir ?

L’avantage du Beaujolais, c’est qu’il est multiple. Au-delà du vin nouveau, des Beaujolais et Beaujolais-villages, il a 10 crus pour autant de déclinaisons de gamays, du plus rustique au plus sophistiqué. Souvent accessible, on peut donc en profiter quand on a beaucoup d’invités, sans se ruiner.
Versatile, il a tendance à plaire, rond, il s’adapte au menu. Si vous le préférez plus charpenté, peut-être boisé, allez plutôt sur des Moulin-à-vent, Juliénas et quelques Morgons.
Vraiment sur le fruit, ouvrez le vin de l’année ou un Beaujolais-Villages, un Brouilly. Aérien, un Chiroubles peut-être ? Velouté, épicé, le Fleurie.

Ce ne sont que des conseils d’école car à chaque vigneron son caractère ; Les vins natures sont souvent plus juteux et tous les crus ne sont pas corsés.
Fiez-vous aussi à votre instinct, les connaissances de votre caviste ou les conseils de votre entourage !

Happy Thanksgiving et bon Beaujolais Nouveau à tous !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi : Les mystères du Beaujolais Nouveau

Publié , par Miss Vicky Wine