L’appellation Saint-Julien : homogène, comme d’habitude

L’appellation Saint-Julien : homogène, comme d’habitude

Millésime après millésime, la dégustation des vins de Saint-Julien se caractérise par une belle homogénéité d’ensemble et le millésime 2019, avec la dégustation à l’aveugle et côte à côte de huit crus classés sur onze n’y fait pas exception. Ce n’est pas un hasard. Les six terrasses du Médoc se resserrent après le marais de Beychevelle et ne subsistent à Saint-Julien que les terrasses T3 et T4 (qui sont les plus qualitatives) et 75 % du terroir est constitué de graves.

L’appellation elle-même est composée, sur les 910 hectares, de onze croupes bien individualisées où sont situés pour l’essentiel, sans forcément un recoupement parfait, les onze Crus Classés qui représentent 85 % de la surface de l’appellation. Il ne faut surtout pas négliger la petite dizaine des autres propriétés non classées, dont certaines appartiennent à des Crus Classés comme Clos du Marquis (Léoville Las Cases), Gloria (Saint-Pierre) ou encore Lalande-Borie devenu le Petit Ducru (Ducru-Beaucaillou). Mais il faut aussi souligner les mérites des châteaux du Glana, La Bridane, Les Ormes et Teynac qui talonnent, à des prix moindres, les vedettes de l’appellation, particulièrement dans le millésime 2019 qui voit un resserrement de la hiérarchie pour le plus grand bonheur des amateurs sachant que ces propriétés sont délaissées par les guides internationaux et même français.

Ces notes de dégustation sont issues des dégustations dites  en primeurs  qui ont traditionnellement lieu fin mars, début avril. Le Covid a perturbé cette tradition, mais plutôt que de faire la course à l’information avec des échantillons expédiés avec plus ou moins de bonheur et des dégustations improbables, nous avons patienté jusqu’à la levée des interdictions de déplacement pour déguster les vins sur place dans des conditions idéales, ce qui explique ce retard de publication. Les raisins ont été récoltés à l’automne 2019, ils ont été vinifiés et les vins sont en début d’élevage et loin d’être mis en bouteilles. Elles ne sont qu’une indication totalement dépendante de l’échantillon présenté. Nous les dégusterons à nouveau et en bouteille en 2022, puis encore en 2023 pour un avis plus définitif.

Château Beychevelle, cru classé, Saint-Julien 2019

La robe est sombre avec de superbes arômes de fruits noirs. Le vin est dense et souple, élégant, raffiné avec de la fraîcheur, un léger petit amincissement en milieu de bouche vite couvert par la rondeur du merlot. Le millésime 2019 a engendré un Beychevelle des plus harmonieux. Il a été élaboré avec 49 % merlot, 46 % cabernet-sauvignon, 3 % petit-verdot et 2 % cabernet-franc. Il titre 13,7°, soit nettement moins qu’en 2018 (14,5°) et à peine plus qu’en 2017 (13,5°). Tout comme en 2018, le 2019 représente 50 % de la récolte.
Note 93-95

L’Amiral de Beychevelle, 2e vin du Château Beychevelle, Saint-Julien 2019

La robe est sombre avec un nez frais, cassis fruit et feuille. Le vin est frais, mentholé avec des fruits noirs et des épices, joli fond, une belle matière et une jolie finale crémeuse. Il représente 220 000 bouteilles et il a été élaboré avec deux tiers cabernet-sauvignon et un tiers merlot.
Note 91-92

Château Branaire-Ducu, cru classé, Saint-Julien 2019

La robe très sombre avec des arômes discrets à l’ouverture, puis intenses, très fruits noirs, un peu fumés. Le vin est souple en attaque, charmant, les tannins sont fins avec de belles notes de graphite, de la persistance, légère mollesse due à la belle maturité du merlot qui se transformera en suavité après l’élevage. Pour information, l’encépagement est de 56 % cabernet-sauvignon, 35 % merlot, 5 % petit-verdot et 4 % cabernet-franc. Il titre 13,7° d’alcool, au lieu de 14,3° en 2018. Le grand vin représente 55 % de la récolte (60 % en 2018).
Note 94-95

Château du Glana, Saint-Julien 2019

Ce cru d’une grande régularité a encore produit un beau 2019 avec une robe presque noire et de superbes arômes épicés. Le vin est souple et dense avec un très beau velouté, les tannins sont encore un peu fermes, la finale est de grand calibre. Par sa densité, il dépasse l’excellent 2018. Ce beau vin n’a rien à envier à ses voisins célèbres de Saint-Julien.
Note 92-94

Château Gloria Saint-Julien 2019

La robe est grenat avec un très joli nez de fruits noirs et d’épices. Le vin est souple et charmeur grâce à un joli raisin mûr, ce vin est déjà très accessible. Il s’agit d’une très belle réussite. Il a été élaboré avec 55 % cabernet-sauvignon, 34 % merlot, 6 % cabernet-franc et 5 % petit-verdot, soit un peu moins de cabernet-sauvignon qu’en 2018 qui est un peu plus strict et moins charmeur. Élevage avec 45 % de bois neuf.
Note 94-95

Château Ducru-Beaucaillou, cru classé, Saint-Julien 2019

Le grand vin de Ducru-Beaucaillou se présente, comme à son habitude depuis plusieurs années, avec une robe noire et des arômes envoûtants de fruits noirs, moins cassis qu’en 2018. Le vin est dense, serré, assez tannique, les tannins sont fins, l’ensemble est sévère, dans la même ligne d’un grand classicisme qui est la sienne depuis quatre ans, avec une belle concentration. Il faudra du temps pour calmer ce vin austère. Il ne représente que 27 % du volume de Saint-Julien (rendement de 35 hl/ha) et il est élaboré avec 80 % cabernet-sauvignon et 20 % merlot (85/15 en 2018). Il titre 14,2°, soit un peu moins qu’en 2018 (14,5°) avec un pH de 3,8. Et il est élevé en barriques neuves.
Note 95-96

La Croix Ducru-Beaucaillou, 2e vin, Saint-Julien 2019

Le second vin de Ducru-Beaucaillou se présente avec une robe noire et de splendides arômes de myrtille. Le vin est dense et assez tannique (6,2 g de tannins), de bonne corpulence et de bonne densité, relativement sérieux, avec un charme moins immédiat que le 2018, mais avec plus de ressort. Il titre 14,3° avec un pH de 3,78. Il est élaboré avec 50 % cabernet-sauvignon, 46 % merlot et 4 % petit-verdot, soit 10 % de merlot de plus qu’en 2018 et autant de cabernet-sauvignon de moins. Il est élevé avec 60 % de fûts neufs (70 % en 2018).
Note 93-94

Le Petit Ducru de Ducru-Beaucaillou, Saint-Julien 2019

Cette nouvelle marque regroupe les vignobles de Saint-Julien qui comme Lalande-Borie sont à l’extérieur du vaisseau amiral. La robe est noire avec un nez très épicé qui signe Saint-Julien. Le vin est souple avec toutefois une petite verdeur tannique couverte par une belle densité, les tannins sont légers. Le vin est droit et strict avec un pH de 3,79. Il titre tout de même 14,2° avec 6 g de tannins (IPT de 87). Il faudra lui donner un peu de temps. Il est élaboré avec 60 % merlot, 36 % cabernet-sauvignon et 4 % petit-verdot. Élevage de douze mois en barriques dont 30 % sont neuves.
Note 91-93

Château Gruaud-Larose, cru classé, Saint-Julien 2019

La robe est très sombre avec un beau nez de cassis. L’attaque est très élégante, de corpulence moyenne, belle palette complexe, tannins fins mais fermes. Il a été élaboré avec 72 % cabernet-sauvignon, 25 % merlot et 3 % cabernet-franc, soit un peu plus de cabernet-sauvignon que d’habitude. Il est élevé avec 80 % de bois neuf.
Note 95-96

Château La Bridane, Saint-Julien 2019

La robe est grenat sombre avec des arômes très épicés. Le vin est dense et ferme, il ne possède pas l’harmonie du séducteur 2018, mais il possède plus de fond et de fraîcheur et il ira plus loin. Il faudra patienter un peu pour une expression complète.
Note 91-92

Château Lagrange, cru classé Saint-Julien 2019

La robe est violette avec un premier nez discret, puis très cassis. Le vin est élégant, de corpulence moyenne, les tannins sont fins, l’ensemble présente beaucoup de subtilité et de fraîcheur. Il est élaboré avec 80 % cabernet-sauvignon, 18 % merlot et 2 % petit-verdot. Un Lagrange donc très cabernet-sauvignon qui passera 21 mois en barriques dont 50 % sont neuves.
Note 92-94

Château Langoa-Barton, cru classé, Saint-Julien 2019

La robe est très sombre et le nez est superbe, finement épicé. Le vin est frais, boisé, joliment épicé, harmonieux avec certes une petite fluidité, mais avec une telle élégance. Il a été élaboré avec 67 % cabernet-sauvignon, 26 % merlot et 7 % cabernet-franc.
Note 94-95

Château Léoville Las Cases, cru classé, Saint-Julien 2019

La robe est très sombre comme d’habitude et les arômes laissent une large place aux arômes épicés et fumés avec une palette relativement large qui dépasse le cassis habituel. Le vin est porté par un immense cabernet-sauvignon qui lui donne une grande structure, mais tempéré, ce qui n’est pas souvent le cas, par un grand merlot qui arrondit les angles et le rend plus accessible que dans d’autres millésimes. Cette conjonction d’un immense cabernet-sauvignon et d’un grand merlot, une conjonction rare, font rappeler l’immense 2010 avec la même persistance. Le millésime 2019 a engendré un immense Las Cases, mais plus accessible que d’habitude. Il est élaboré avec 79 % cabernet-sauvignon, 11 % merlot et 10 % cabernet-franc. Analytiquement, il est proche du 2018 avec le même potentiel tannique (IPT de 80), mais avec un peu moins d’alcool (14° au lieu de 14,5°), ce qui n’est pas un mal. Comme le 2018, il est élevé avec 90 % de barriques neuves.
Note 97-99

Le Petit Lion du Marquis de Las Cases, 2e vin, Saint-Julien 2019

Contrairement à 2018 où il avait hérité de merlots du grand vin, Petit Lion 2018 reprend son profil de cabernet et son allure Saint-Julien avec une belle structure tannique sur un vin de corpulence moyenne. L’ensemble s’inscrit dans l’ADN du grand vin, mais avec plus de légèreté un côté plus aérien et des arômes nettement plus ouverts. Il est élaboré avec 46 % cabernet-sauvignon, 43 % merlot et 11 % cabernet-franc. Il titre 14° avec des tannins plus affirmés qu’en 2018 (IPT de 75 au lieu de 68 en 2018) et un peu moins d’alcool (le 2018 a atteint 14,5°).
Note 93-94

Clos du Marquis, Saint-Julien 2019

De splendides notes de cuir agrémentent les arômes de cassis et de tabac du Marquis. Le vin de belle corpulence est à la fois voluptueux et très raffiné, d’une belle longueur avec une finale très joliment épicée. Il s’inscrit dans la voie des grands saint-Julien initiée à partir de 2009, mais dont on peut voir de beaux exemples bien avant comme en 1985 en pleine forme aujourd’hui. Un vin superbe élaboré avec 70 % cabernet-sauvignon, 23 % merlot et 7 % cabernet-franc. Il titre 14,1° soit un peu moins qu’en 2017 et 2018 (14,5°) et il est élevé avec 50 % de barriques neuves. Il dépasse l’excellent 2018.
Note 95-96

La Petite Marquise du Clos du Marquis, 2e vin du Clos du Marquis, Saint-Julien 2019

Élaborée avec les jeunes vignes du Clos du Marquis, la Petite Marquise est un vin élégant, peu extrait, suave, charmeur, très aimable, prêt à être dégusté. Elle est élaborée avec 56 % merlot et 44 % cabernet-sauvignon et titre 13,8°.
Note 90-91

Château Léoville-Poyferré, cru classé, Saint-Julien 2019

Robe très noire, comme d’habitude avec un nez légèrement réduit à l’ouverture, puis fruits noirs et épices. Le vin est rond, suave avec une belle extraction fine et son joli moelleux habituel, belle finale enchanteresse. Il a été élaboré avec 67 % cabernet-sauvignon, 27 % merlot, 3 % cabernet-franc et autant de petit-verdot, un pourcentage très similaire au 2018. En revanche, il possède un peu moins d’alcool (14,1° au lieu de 14,4° en 2018). Il est élevé avec 80 % de barriques neuves.
Note 95-96

Château Léoville-Barton, cru classé, Saint-Julien 2019

La robe est à reflets violets avec un joli nez de violette et de cuir. Le vin est de bonne densité, relativement frais, un rien végétal comme toujours, mais noble, belle finale mentholée et de cuir. Le vin se présente avec beaucoup d’élégance et même de classe avec son festival d’épices. Il a été élaboré avec 84 % cabernet-sauvignon et 16 % merlot et il est élevé avec 60 % de barriques neuves.
Note 95-96

Château Les Ormes, Saint-Julien 2019

La robe est grenat avec un joli nez épicé et aussi un peu de violette. Le vin est très élégant, harmonieux, les tannins sont encore un peu durs, mais l’ensemble est de bonne tenue et surtout très persistant, l’ensemble a aussi beaucoup d’harmonie. Le fond du vin avec son côté plus compact signe un terroir plus lourd, plus argileux, qui est un grand gage au vieillissement et toujours source de bonnes surprises. Attention, le château s’étend sur deux ha, il n’est donc pas aisé à dénicher, mais cela en vaut la peine.
Note 93-94

Château Saint-Pierre, cru classé, Saint-Julien 2019

La robe est sombre avec un très joli nez épicé. L’attaque est ample avec un milieu de bouche suave, très harmonieux et une belle finale de fruits noirs, la matière est splendide. Le vin est marqué par un remarquable cabernet-sauvignon, ce qui confirme l’ensemble et lui fait la part belle avec 79%, complété par 21 % de merlot. Élevage avec une moitié de fûts neufs.
Note 95-96

Château Talbot, cru classé, Saint-Julien 2019

La robe est noire avec des arômes intenses très épicés. Le vin est très élégant, raffiné avec un beau milieu de bouche très graphite, les tannins sont fins, finement extraits, la finale très épicée. Il a été élaboré avec 69 % cabernet-sauvignon, 26 % merlot et 5 % petit-verdot avec un élevage avec 60 % de fûts neufs, ce qui est à 3 % près entre cabernet-sauvignon et merlot, l’assemblage du grand 2018 auquel il ressemble fortement.
Note 94-96

Château Teynac, Saint-Julien 2019

Le château, déjà mentionné dans les vieilles éditions du Cocks et Ferret, est situé au sud de l’appellation dans le secteur Beychevelle entouré de Crus Classés. La robe est grenat avec un premier nez discret. Le vin est de bonne densité, très élégant, finement extrait, avec de belles notes épicées, sans le fond de son frère le château des Ormes, mais avec beaucoup de grâce. Un vin de grand style ! Le château Teynac, un peu plus de douze ha, est un des rares qui a réussi à ne pas être absorbé par les Crus Classés qui phagocytent 90 % de la surface de la commune. Et il ne s’en laisse pas compter. S’il passe à votre portée, ne le laissez pas passer !
Note 93-95

Publié , par Bernard Burtschy