L’Ardèche dans le verre et l’assiette pour des fêtes tendres et gourmandes

L’Ardèche dans le verre et l’assiette pour des fêtes tendres et gourmandes

Il est de ces terres où l’on se demande si elles n’ont pas été inventées dans un but bien précis.

Les gorges
Les gorges

L’Ardèche, département méridional de la région Auvergne-Rhône-Alpes, connue pour ses chaleurs estivales et ses gorges au milieu desquelles coule une rivière, est aussi un pays de cocagne pour les amateurs de bons produits, gastronomiques et viticoles, ayant pour dénominateur commun un goût de réconfort et de fête.

Châtaigne, chapon, miel, pintade, saucisson, comptent parmi les nombreux signes de qualité (AOP, IGP, Label Rouge…) que l’on retrouve en Ardèche. Sans compter que le département se classe plutôt bien au palmarès de l’agriculture biologique, avec un très honorable neuvième rang au niveau national.

En faisant la tournée des popotes, des pépites émaillent le chemin, à commencer par les AOP viticoles situées (tout ou partie) dans le département : Cornas, Saint-Péray, Saint-Joseph, Condrieu, Côtes-du-Vivarais (autour des Gorges de l’Ardèche), Côtes du Rhône et Côte du Rhône Villages, et par les 4 IGP (Ardèche, Collines Rhodaniennes, Méditerranée et Comtés Rhodaniens).
Les IGP ont un intérêt certain : moins encadrées que les AOP au niveau des cahiers des charges, les vignerons peuvent utiliser ce signe de qualité pour exprimer leur créativité et leur personnalité, d’autant que les différences de terroir entrent dans l’équation.

Première entrée : une truite en ballotine

Viognier, chardonnay et sauvignon composent les blancs produits sous l’IGP Ardèche. Et offrent une complémentarité exquise avec la truite qui peuple les rivières ardéchoises, notamment pour les vins au profil fruité et gourmand.

Le chardonnay Grand Ardèche de la maison Louis Latour (10€), en IGP Ardèche et élevé en fûts pendant 8 à 10 mois dévoile des arômes en conséquence (pain grillé, vanille, fleur d’acacia avec une bouche ronde et puissante) et sublime cette entrée idéale, dont la meilleure recette est proposée par les restaurateurs de l’Auberge de Montfleury.

Si vous préférez rester sur des cépages plus rhodaniens, tentez la cuvée Eglantier des Vignerons Ardéchois, issue d’une sélection parcellaire et 100% viognier, très bien notée par nos différents confrères et consœurs, dans laquelle vous retrouverez les marqueurs aromatiques du cépage (nez floral et abricot, mangue, pêche, poire, à la bouche ample et à la finale fraîche et mentholée) (10,30€).

Eglantier
Eglantier

Deuxième entrée : un velouté de châtaignes

La châtaigne est vraiment l’un des produits signature de l’Ardèche. Elle présente des arômes typiques de brioche, pain au lait, potimarron, patate douce et miel, et est dotée d’une discrète sucrosité et d’une légère amertume.
Réconfortant à souhait, le velouté de châtaigne se marie idéalement avec un vin rouge local.
L’occasion idéale pour découvrir un cépage typiquement ardéchois : le Chatus. Produisant de grosses grappes compactes à petits grains, aux reflets noir bleuté, il est apprécié pour sa robustesse et son rendement, et ce non au détriment de la qualité puisqu’il était vendu plus cher que les autres, mais auquel le phylloxera fut fatal. Heureusement, certains vignerons gardèrent quelques plants. Il fut replanté… et ressuscité.

Chatus
Chatus

Il se distingue par ses arômes de figue, de pruneau et de fruits noirs presque confits.
Tentez l’expérience avec la cuvée Chatus de la cave de Lablachère (7,30€).
Pour un assemblage plus classique de syrah et grenache, direction le Domaine du Colombier et sa cuvée Hommage, où valsent les arômes de framboise, fruits confits, cuir, épices pointe de réglisse et de cacao, sur un tempo soyeux, fin et rond (18€).

Autour du plat principal : chapon fermier farci aux châtaignes

Vous l’aurez compris, la châtaigne sont un peu la "baseline" gastronomique locale. Quant au chapon, il fait l’objet d’une IGP, sous la dénomination chapon de l’Ardèche ou chapon des Cévennes. Rappelons que le chapon fut un jour un coq, qui fut par la suite dépourvu de ses attributs de mâle afin de devenir plus tendre.
Marié à la douceur de la châtaigne, c’est un plat câlin devant l’éternel.
Pour l’accompagner, cap sur l’AOP Côtes-du-Vivarais avec la cuvée Grand Aven des Vignerons Ardéchois travaille les cépages traditionnels rhodaniens (syrah et grenache), au nom en hommage à la célèbre grotte, l’Aven d’Orgnac, classée grand site de France.
Ample et puissant, aux arômes de fruits noirs et des notes épicées, son caractère devrait vous plaire (8,20€).
Autre expression des mêmes cépages avec la cuvée Intemporel du Domaine de Vigier (9,70€).

L'Intemporel
L'Intemporel

Le sacro-saint fromage : le Picodon

Pour les amateurs de fromage de chèvre, le Picodon est un peu un graal.

Le picodon
Le picodon

Au point que l’Ardèche et la Drôme, sa voisine de l’autre côté du Rhône, se disputent la paternité de ce fromage sec mais au cœur plus ou moins crémeux, et aux saveurs plus ou moins marquées en fonction du degré d’affinage. Ce mélange de piquant et de douceur résonne agréablement avec un AOP Côtes-du-Vivarais blanc, comme la cuvée Beaumont des Gras des Vignerons Ardéchois (5,40€), qui doit son nom aux plateaux calcaires (Les Gras), dominant les Gorges de l’Ardèche. L’assemblage grenache blanc et marsanne donne un vin sur les fruits blancs, le pamplemousse, gourmand et frais à la fois.
Le Picodon, dont l’AOP a été reconnue en 1983 sous la dénomination Picodon de la Drôme ou Picodon de l’Ardèche, se décline de bien des façons, tel quel ou en burger, en sauce ou en salade, à vous d’afficher vos préférences !

Beaumont des Gras
Beaumont des Gras

N’hésitez pas à vous rendre en Ardèche pour découvrir les vins directement chez les producteurs et profiter des douceurs gastronomiques locales ainsi que d’une offre œnotouristique riche et diversifiée !

Domaine en Ardèche
Domaine en Ardèche
Publié , par Pauline Gonnet