L'Histoire du Vinocamp : penser le vin de demain

L'Histoire du Vinocamp : penser le vin de demain

Le Vinocamp est né en 2010 de la volonté de rassembler les acteurs du vin sur des thèmes liés au numérique. Aujourd’hui après 10 ans, 27 éditions et 4 pays, le format a évolué et le lexique de l’innovation a changé, mais l’idée reste la même : penser ensemble la consommation de vin de demain. Entrepreneurs, vignerons, communicants, influenceurs, marketeurs, développeurs, amateurs de vin et de technologie : tout le monde peut y participer !

Au Vinocamp, on fait des rencontres et on interroge nos pratiques. Né des barcamps, soit des non-conférences où les participants se rassemblent en petits groupes organiques pour créer, favorisant ainsi la co-construction et les échanges d’idées, un Vinocamp est aujourd’hui un mélange de conférences, ateliers et dégustations qui a lieu plusieurs fois par an, chaque fois dans un lieu différent. Voici quelques thématiques souvent abordées.

Communiquer sur le vin

À l’origine, le Vinocamp avait pour vocation d’aider les vignerons dans le nouveau monde des réseaux sociaux, c’était en 2010, le début des stratégies digitales. On se demandait et on se demande toujours comment il faut communiquer sur Facebook ou Instagram, comment appréhender LinkedIn, faut-il abandonner Twitter, se mettre sur Tiktok… ? Le sujet est inépuisable. Les réseaux sociaux ont donc évolué mais leurs usages pour le business du vin sont encore une source intarissable de conversations.

Au Vinocamp, on a aussi beaucoup parlé des blogueurs, maintenant des influenceurs et des différents métiers éditoriaux. Comment les séduire ? Lesquels choisir ? On remarque la place que prennent aujourd’hui les vidéos, la retransmission live et même les podcasts.

Packaging

Tout ce qui touche au contenant, la bouteille ou même la canette, a fait parler aux derniers Vinocamp à Avignon (Juillet 2019) et Paris (Décembre 2019). On a aussi des nouveautés grâce à la "réalité augmentée" qui fait parler la bouteille, une option encore rare qui est en passe de connaître de forts développements. On s’est aussi demandé ce qu’il fallait mettre sur une contre étiquette, ou la force de l’appellation. Vous avez peut-être une idée ? Imaginez-vous boire un grand vin en canette ?

Le e-commerce

L’ADN du Vinocamp, c’est tout de même le web. À sa naissance, il y avait les premières ventes en ligne, qui ont connu une forte croissance cette décade et pendant le confinement. Il y avait dans ce domaines, les premières boxes vin dont Le Petit Ballon qui a fait un bond en s’associant avec un autre acteur de la vente en ligne, la vente privée.

On parle d’innovations et plus que jamais de réalité augmentée ou de e-commerce dans le vin. Des sujets toujours d’actualité !

Le Tourisme

Ces dernières années ont aussi vu l’essor de ce qu’on appelle l’œnotourisme : le tourisme autour du vin. Des Vinocamps, comme celui d’Angers en 2018, se sont spécialisés sur ces expéditions pour les œnophiles plus ou moins passionnés. Le tourisme dans les caves et les vignobles est plein d’enjeux, et l’usage de la technologie comme exhausteur d’expérience y prend tout son sens. Entre tours opérateurs spécialisés, expériences atypiques et applications qui prennent en compte la géolocalisation (Géovina), il y a de quoi penser ! Le nerf de la guerre : gagner et fidéliser ses consommateurs.

L’environnement

Dans le vent, c’est le respect de l'environnement qui lui aussi et parfois et de plus en plus lié à la technologie. Le vin est poésie, la façon dont on le fait a aussi un impact sur le consommateur final et notre planète. Au fil des ans et des Vinocamps, de multiples sujets : comment on intègre la vigne au microcosme local, les techniques de vinification dites naturelles, le respect de la biodiversité et la guerre des labels ont eu leur place sur le podium, avec même un Vinocamp dédié à l’environnement à Bordeaux en 2017.

Qui organise les Vinocamps ?

J’ai créé les Vinocamps en 2010 avec Grégoire Japiot, spécialiste des Barcamps. Nous avions envie de réunir ce qui était à l’époque une poignée de 100 vignerons connectés, blogueurs spécialisés et startups dans le vin. Au fur et à mesure le format a légèrement changé, le groupe a grandi et Arnaud Daphy a succédé à Grégoire. Une belle équipe d’entrepreneurs toujours prêts à déboucher une bouteille pour célébrer un nouveau projet !

Publié , par Miss Vicky Wine
Mise à jour effectuée