Que boire avec des bouchées à la reine ?

Que boire avec des bouchées à la reine ?

Les bouchées à la reine, un nom prestigieux pour un plat festif que l’on aime également déguster tout au long de l’année. Ce délicieux mélange de textures et de saveurs s’est fait une place de choix sur nos tables depuis des centaines d’années et prend une toute autre dimension aux côtés du vin idéal.

Comme leur nom l’indique, c’est bien à une reine que l’on doit leur création. Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, était férue de vol-au-vent. Et lorsqu’elle demande au chef Vincent La Chapelle de lui élaborer une version innovante et individuelle de ce mets traditionnel, il met au point les bouchées à la reine en 1735. Cela fait donc plusieurs siècles que les gastronomes français se délectent de leur pâte feuilletée croustillante garnie d’une farce à base de champignons de Paris, de ris de veau, d’oignons et parfois de volaille. Le tout servi avec une sauce onctueuse faite de vin blanc, de bouillon et de crème. Mais savez-vous avec quel vin les accorder ?

Plutôt viande ?

Dans ce grand classique de la gastronomie française, dont on attribue l’origine à l’est de l’hexagone, on apprécie la viande fondante et on parle ici de ris de veau ou de volaille. En un coup de fourchette, on l’associe avec plaisir à la sauce crémeuse et à la pâte feuilletée gourmande. On recherche donc un vin blanc qui mêle habilement gras et vivacité. Meursault et Puligny-Montrachet, en Bourgogne, proposent une tension bienvenue pour offrir une pointe de légèreté à ce mets généreux. Privilégiez un élevage en barrique car sa rondeur et son boisé seront superbes ici.
Toujours en blanc, ce style de sauce ayant tendance à durcir les tanins, un Saint-Joseph, élaboré en Vallée du Rhône, sera parfait. On aime son relief et sa fraîcheur, tout comme ses subtiles touches d’agrumes. Enfin, un Vouvray de Loire, oscillant entre délicatesse, fruité et vivacité, ravira vos papilles.

Ou poisson ?

Les bouchées à la reine peuvent également être agrémentées de fruits de mer selon les envies de chacun. On peut alors opter pour une alliance typique de l’est de la France avec un Alsace Riesling élégant et minéral.
Un peu plus au sud, en Bourgogne, l’appellation Chablis a aussi son mot à dire. Ses vins possèdent le corps nécessaire pour répondre au beurré de la pâte feuilletée et à la richesse de la sauce.
A l’autre bout du pays, laissez-vous séduire par un Pouilly-Fumé, en Loire. Ce type de vin délivre généralement une belle minéralité qui s’avèrera être un point fort face aux notes iodées de ce plat.