Que boire avec une fondue de poireaux ?

Que boire avec une fondue de poireaux ?

Délice hivernal par excellence, le poireau est un légume goûteux, faible en calories et riche en vitamines. On aime le cuisiner de multiples sortes, en vinaigrette légère, en soupe réconfortante, en quiche conviviale… ou encore en fondue savoureuse.

Ce grand classique de notre gastronomie a aussi l’avantage d’être très facile à réaliser. Un morceau de beurre qui rissole, quelques poireaux découpés en fines lamelles, une pointe de vin blanc parfois pour encore plus de gourmandise et une généreuse cuillère de crème fraîche pour que sa saveur piquante gagne en douceur. Et cette préparation fait des merveilles aux côtés des fruits de mer et des poissons, dont elle met en valeur les notes délicates et raffinées. On peut ainsi l’agrémenter de quelques Saint-Jacques ou d’un beau filet de saumon. Mais avec quels vins la sublimer ?

Un blanc sec sur la minéralité…

Que ce soit pour rappeler le vin blanc que l’on peut intégrer dans la recette ou simplement pour souligner son goût subtil, on s’oriente vers un vin blanc sec.

Première option, sélectionner des cuvées marquées par la minéralité. C’est le cas d’un Muscadet Sèvre-et-Maine venu de Loire. Son nez oscille entre fruité, floral et touches minérales. Charpenté et élégant, il trouve son équilibre entre rondeur et fraîcheur. Cet allié de choix des produits de la mer séduit par sa concentration et son intensité.

Vous pouvez également vous tourner vers un Chablis, en Bourgogne. Ici, le Chardonnay profite d’un terroir unique fait de petites huîtres fossilisées. C’est cette particularité qui lui confère ces arômes de silex et de pierre à fusil si caractéristiques. Les vins de cette appellation sont d’un fraîcheur incomparable. Ils délivrent des fragrances de pomme verte, de citron, de pamplemousse, mais aussi de champignon. Des crus vifs avec une personnalité remarquable.

… ou la richesse aromatique

Pour offrir une nouvelle dimension à la fondue de poireaux, n’hésitez pas à l’accompagner de vins réputés pour leur incroyable éventail d’arômes.

Un Alsace Riesling, par exemple. Le tilleul rencontre la minéralité dans un ensemble puissant et structuré. Il se distingue notamment par sa belle acidité, sa persistance et son aptitude au vieillissement.

Vous pouvez aussi retrouver la Bourgogne et le Chardonnay à travers un Pouilly-Loché. Cette appellation méconnue, cousine du Pouilly-Fuissé, propose un style puissant à cheval entre moelleux et acidité. La pivoine se mêle à la poire, au coing et à l’abricot, avec une jolie touche de gras en finale.

Bien plus au sud, en Provence, un Bellet rond et structuré sera idéal. On le reconnaît à ses notes florales dominées par le tilleul, ses agrumes et sa fraîcheur. Il développe des saveurs de fruits secs avec le temps.

Enfin, faites confiance à une Roussette-de-Savoie qui, elle-aussi, s’affine avec les années. Des touches de grillé, de noisette et de noix apportent de la complexité à sa superbe finesse. L’attaque est franche et vive, et la bouche impressionne par sa longueur.

Publié , par Marie Lallemand