Tour du monde des vignobles : l’Italie

Tour du monde des vignobles : l’Italie

Avec 682 000 hectares plantés et 300 appellations viticoles que tout œnophile rêve d’explorer en détails, l’Italie profite d’un vignoble aussi complexe que remarquable. Nos voisins transalpins ont même le privilège de vivre dans le seul pays où du vin est produit dans toutes les régions. C’est également d’ici qu’est originaire Dionysos, Dieu de ce fabuleux breuvage. C’est d’ailleurs lui qui, selon la légende, en aurait offert le secret à l’humanité. En réalité, ce sont les grecs qui y ont établi la vigne, plus précisément dans le sud, en Sicile et en Calabre. Depuis, malgré les aléas historiques, les viticulteurs n’ont cessé de faire preuve d’une créativité débordante.

Une impressionnante variété de terroirs…

Des paysages incroyables et une succession de terroirs uniques, voilà comment on pourrait résumer la viticulture italienne. Littoral méditerranéen, zones vallonnées, chaîne montagneuse… autant de spécificités qui sont protégées par les DOC ou Denominazione di Origine Controllata, l’équivalent de nos AOC. Ainsi, si la Sicile est connue pour ses terres volcaniques, les autres alternent entre sols graveleux, calcaires, argileux.

Lisez notre article Vins volcaniques : à la découverte du Vésuve

Le Piémont, qui signifie littéralement au pied des montagnes, ici les Alpes, est la région des singularités avec ses microclimats et vins en monocépage. Elle abrite notamment le Barolo et le Barbaresco, des vins incontournables réputés pour leur puissance, leur structure et leur potentiel de garde.
La Lombardie, où les visiteurs aiment admirer le lac de Côme, offre une véritable diversité de reliefs. On y trouve des rouges, blancs et rosés, mais aussi des effervescents avec le Franciacorta.
En bulles toujours, la Vénétie délivre le célèbre Prosecco qui a conquis ces dernières années la planète entière.
Trentin-Haut-Adige et ses montagnes sont le berceau du Gewurztraminer.
Les Pouilles, longtemps cantonnées aux vins de qualité moyenne, ont connu une renaissance depuis la fin des années 90 et oscillent désormais entre typicité et authenticité.
Enfin, la Toscane brille dans notre imaginaire à tous à travers ses oliviers, ses murs de pierres pittoresque et le mythique Chianti qui voit le jour sur ses pentes douces et ensoleillées.

… et de cépages autochtones

A l’instar de la France, l’Italie dispose de nombreuses variétés locales.
En rouge, le Sangiovese, qui a fait la réputation de la Toscane, est le cépage principal du Chianti. Son nom, qui vient du latin, peut être traduit par le sang de Jupiter. Il révèle fruits, charpente et tanins.
Le Barbera, dans le Piémont, a une acidité bien présente, des tanins fondus et propose des notes de fruits mûrs.
Dans la même région, le Barbera est apprécié pour ses arômes de cuir, de violette et de fruits rouges et noirs, sans oublier sa formidable structure tannique.
Le Nero d’Avola, en Sicile, a une richesse en fruit incomparable.
Quant au Montepulciano, dans les Marches et les Abruzzes majoritairement, il s’avère ferme, puissant et généreux en fruits noirs.

Côté blanc, le Trebbiano, en Trentin-Haut-Adige, est synonyme d’acidité et de fraîcheur.
Le Catarratto Bianco, en Sicile, donne vivacité et fruité croquant.
La Glera, anciennement Prosecco et utilisée pour le vin du même nom, est délicatement fruitée.
Le Cortes, dans le Piémont, est aromatique, minéral et opulent.
Enfin, dans le Piémont encore, le Moscato est joliment floral et fruité, avec une légère acidité.

Nul doute qu’il ne suffit pas de toute une vie, donc, pour connaître sur le bout des doigts les vins italiens. Pour cela, il vous faudra découvrir… et déguster !

Publié , par Marie - Drink a beat