Tour du monde des vignobles : les États-Unis

Tour du monde des vignobles : les États-Unis

D’abord considérés comme moins qualitatifs que ceux du vieux continent, les vins originaires des États-Unis se sont imposés sur la scène internationale, notamment grâce au fameux Jugement de Paris. Ils ont depuis connu une évolution fulgurante et, s’ils ont longtemps été centrés autour des cépages, s’intéressent désormais de très près à la notion de terroir.

L’influence bordelaise

Aujourd’hui présente de l’État de New York à l’Oregon, c’est bien en Californie que la viticulture nord-américaine a connu son véritable essor. Le saviez-vous ? La vigne sauvage y était monnaie courante mais, malheureusement, les premiers viticulteurs parmi les colons ayant tenté de cultiver les variétés autochtones n’ont jamais réussi. C’est pourquoi on y trouve maintenant des cépages européens. Et cette tradition a débuté avec un bordelais, Jean-Louis Vignes, qui implanta ces ceps à Los Angeles en 1831. Le vignoble, alors confidentiel, s’agrandira fortement quelques années plus tard grâce à la ruée vers l’or et l’augmentation de la demande en vin. Il a ensuite eu une histoire mouvementée, de son développement grâce aux chemins de fer aux 14 années particulièrement difficiles de la prohibition. Il a cependant su se relever et se compose à l’heure actuelle de 224 American Culture Area ou AVA, l’équivalent de nos AOC.

La Californie

Elle est le vignoble incontournable des États-Unis, avec plus de 90% de la production du pays et la moitié des appellations. Savant mélange d’ensoleillement et d’influence océanique, elle est divisée en deux grandes régions.

Napa, une vallée créée par la rivière du même nom passant entre les Mayacama Mountains et le Vaca Range

Ses sols variés généralement bien drainés constituent la terre de prédilection du Cabernet Sauvignon. Elle regorge de wineries aux architectures incroyables qui ont été conçues pour offrir une expérience œnotouristique unique.
Lisez notre article Incendies en Californie : des paysages dévastés pour la décennie à venir...

Sonoma, à proximité de San Francisco

Elle profite de conditions plus fraîches, ainsi que de brouillards et vents venus du Pacifique comme dans l’ensemble de la Californie. Le Chardonnay y est très répandu mais c’est au Pinot Noir et au Cabernet Sauvignon qu’elle doit sa réputation. D’autres variétés, telles que la Syrah, commencent également à s’y faire une place de choix.

Le Nord-Ouest Pacifique

Plus au Nord, l’Oregon dispose d’une mosaïque de sols et climats idéale pour le Pinot Noir qui offre diverses expressions ici. La vigne y bénéficie d’étés frais et d'hivers tempérés. La région incarne un état d’esprit artisanal à travers sa multitude de petits domaines familiaux. L’État de Washington, à ne pas confondre avec la capitale, a lui-aussi plusieurs cordes à son arc. Fait surprenant, la plupart des wineries achètent leurs fruits à des producteurs d’autres États, le travail de l’assemblage prend donc le pas sur le terroir. Mais la vigne semble s’imposer peu à peu sur ces terres, montrant la capacité de renouvellement des américains.

Les États de l’Est

En traversant le pays, on peut se rendre en Virginie, entre les Appalaches et la baie de Chesapeake. Le climat continental avec étés chauds et hivers rigoureux ne facilite pas le quotidien des viticulteurs. Rares sont les bourgeons qui apparaissent avant la fin du mois d’avril. Toutefois, le manque de concentration dans les premières productions a été corrigé avec le temps et le savoir-faire acquis permet désormais de sublimer le Cabernet Franc. Dernier arrêt, l’État de New York qui donne la part belle à des variétés hybrides américaines presque inconnues pour nous : Concord et Niagara. Le vignoble reste jeune mais extrêmement ambitieux, et espère s’étendre avec le changement climatique.

La carte viticole des États-Unis n’a donc pas fini de changer…

Publié , par Marie - Drink a beat