Vignobles insolites : la Polynésie

Vignobles insolites : la Polynésie

Mêler "lagon paradisiaque aux eaux cristallines" et "culture de la vigne", ce n’est pas uniquement le rêve de tout amateur de vin, mais bien une réalité. Et c’est Dominique Auroy qui a imaginé cette propriété viticole unique au monde au cœur du grand Pacifique Sud. Une personnalité hors du commun à l’origine d’un projet fou : faire du vin à Tahiti. Zoom sur le Domaine Ampélidacées, fondé en 1998 à quelques 350 kilomètres de Papeete.

Des années d’exploration

Départ pour l’atoll de Rangiroa, dans l’archipel des Tuamotu.
Un atoll est un îlot corallien, il a donc l’avantage d’être calcaire, ce qui est intéressant pour produire du vin. Et ce ne sont pas les seules forces de ce vignoble insulaire. Sa végétation luxuriante protège les ceps des embruns marins pourtant tout proches. L’ensoleillement remarquable d’une douzaine d’heures par jour est le partenaire idéal d’une maturation optimale. Ces conditions singulières, il a fallu de nombreuses années de recherche pour les trouver. En effet, Dominique Auroy a réalisé des essais de plantation sur les cinq archipels avant de décider de s’installer sur celui-ci. Et encore un peu de temps ensuite pour véritablement trouver sa place, notamment face aux crabes qui dévoraient les premières vignes. Si aujourd’hui il a définitivement trouvé ses marques, son quotidien n’est pas sans challenge. A seulement un mètre au-dessus du niveau de la mer, les vignes sont en risque constant d’inondation. Un cadre aussi sauvage qu’idyllique.

Les défis d’un vignoble tropical

Pour s’implanter ici, il fallait une connaissance profonde du terroir et de son potentiel. La compréhension des sols a inspiré la sélection des variétés capables de s’adapter à cet environnement particulier. On en compte trois : l’Italia, le Carignan et le Muscat de Hambourg, sur les 8 hectares de superficie. L’équipe a également trouvé des solutions pour la ressource la plus fondamentale, l’eau. Elle utilise l’irrigation à l’aide de puits creusés jusqu’à une nappe souterraine. Et surtout la viticulture a été révisée pour le climat tropical. Pas de saison froide, la vigne ne connaît donc pas de repos hivernal. Par conséquent, le cycle de la vigne est rythmé par la taille, c’est elle qui est responsable de l’apparition de nouveaux sarments et des grappes.

Double récolte et engagement durable

En expérimentant, la production a gagné en qualité et en volume au fil des années. Ils effectuent deux vendanges par an, en été et en hiver austral. Le raisin quitte ensuite l’île en bateau pour être emmené dans les chais, un cas inédit. Tout est alors mis en œuvre pour préserver sa typicité : faible taux d’extraction au pressurage, débourbage à froid, fermentation avec levures indigènes à basse température, ou encore élevage sur lies fines pour développer le potentiel aromatique.

@Domaine Ampélidacées
@Domaine Ampélidacées

Le domaine est actuellement en conversion en agriculture biologique avec une réflexion sur la biodynamie. Une démarche logique puisque toute la philosophie de la propriété repose sur le respect de l’environnement et l’expression la plus fidèle du terroir.

Des vins de plaisir fruités et élégants

La gamme est composée de vins blancs et rosés sous l’étendard Vin de Tahiti, un nom simple et évocateur. Blanc de Corail évoque les agrumes et cette fameuse minéralité corallienne. Expressif, complexe et magnifiquement frais.

Clos du Récif, blanc de noir issu du Carignan, est une cuvée qui ne voit le jour que lors d’années exceptionnelles, à l’image des champagnes millésimés. Entre vivacité et finesse, avec une minéralité toujours au rendez-vous, elle surprend par sa trame boisée.
Monamona, un blanc moelleux aux notes muscatées et fumées, réussit à offrir intensité aromatique et à conserver une certaine fraîcheur grâce aux influences marines.
Enfin, le Rosé Nacarat séduit par sa richesse en fruits rouges et agrumes. Gourmandise, fruité en bouche et… pointe de minéralité, le fil rouge de tous les vins de la propriété.

Publié , par Marie Lallemand